Brest-Ouest

Groupe Deumars devenu groupement cantonal Brest-Ouest puis groupement cantonal Marcel-Boucher en 1944
Chef cantonal : Marcel Pirou, dit Deumars
[1942 - 1944]


Ce groupement cantonal de la résistance émane d’un embryon formé en 1942 par Marcel Pirou, dit Deumars. Dès mai 1942, cette formation dispose d’un petit groupe d’une dizaine de résistants au sein de l’arsenal grâce à Guillaume Maudire et Joseph Paugam.

Lors de l’unification des différents groupes de résistance, ce groupement comprend les résistants de Recouvrance et Saint-Pierre-Quilbignon ainsi que le détachement Jean-Marin de Pierre Hall.

En 1944, le groupement cantonal Brest-Ouest change de nom et devient le groupement cantonal Marcel Boucher, en hommage au résistant F.T.P de Recouvrance abattu à La Forest Landerneau en février 1944.

Quelques temps avant le débarquement de Normandie, ordre est donné de préparer les F.F.I à l’insurrection et au combat en formant des unités militaires. Le recrutement et l’instruction sont accélérés. Le stock d’armes disponible pour le groupement reste insignifiant et l’on espère en obtenir d’avantage. Grâce à l’équipe Jedburgh Horace parachutée mi juillet 1944, l’arrondissement F.F.I va pouvoir en obtenir. Les armes doivent être parachutées début août 1944, quelques jours à peine avant l’arrivée des troupes américaines, pour que l’insurrection soit brutale et rapide.

Le terrain retenu pour le parachutage du groupement cantonal de Brest-Ouest se situe à Locmaria-Plouzané près de la ferme de Kerzévéon. Celui-ci est prévu pour la nuit du 2 au 3 août 1944 mais il est hélas avorté, l’avion passe mais ne largue rien. Le pilote ayant jugé la zone trop dangereuse [1] compte tenu des positions allemandes aux alentours.

Ce contre temps oblige les F.F.I de Brest-Ouest à regagner bredouille la cité du Ponant, puis à faire route vers Tréouergat où se trouve le maquis du bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, pour s’armer correctement. Des divergences entre responsables du groupement provoqueront l’éclatement de la formation.

- Le gendarme Sébastien Ségalen forme sa propre compagnie qu’il nomme Dixmude et l’intègre au bataillon F.F.I de Ploudalmézeau en tant que 5e compagnie.
- Pierre Hall de son côté, rejoint avec une partie des effectifs (principalement ceux du détachement Jean-Marin) la compagnie F.F.I de Saint-Renan et forme ainsi la 1ère section de cette unité.
- Marcel Pirou, dit Deumars, crée pour sa part la compagnie F.F.I Brest-Ouest et rejoint la compagnie F.T.P Michel pour les opérations militaires de libération de la poche du Conquet.

Présentation rédigée par Joël Le Bras et Gildas Priol, le 29 novembre 2019.


[1L’avion fut pris dans le faisceau lumineux d’un projecteur de D.C.A, l’obligeant à réaliser des manœuvres complexes pour s’en défaire.