Groupe Elie

[1940 - 1941]

Groupe de résistance local, fondé sous l’impulsion du transporteur Louis Elie dès le début de l’occupation en 1940. Le groupe prend de l’ampleur, se structure rapidement et se lance dans une résistance tout azimut : sabotages, attentats, évasions, récupération d’aviateurs et d’armes, renseignements, etc...

Principalement issus du quartier de Saint-Martin à Brest, les membres sont recrutés dans les cercles d’amis et connaissances. L’occupation vient de débuter et un espoir subsiste pour que la France n’ait pas encore dit son dernier mot. Les recrutements se font dans un premier temps pour rassembler des volontaires en cas de débarquement français et anglais. Le groupe veut être prêt en cas de relance des offensives depuis la zone libre grâce à l’effort des colonies d’Afrique.

D’obédience Gaulliste, le groupe est assez néophyte dans la lutte clandestine et ne compartimente pas vraiment son organisation. Des listes sont faites avec les noms et adresses. En février 1941, René Drouin et sa femme Jeannette, par une connaissance, rencontrent Gilbert Renaut, alias Rémy, du réseau Confrérie-Notre-Dame. Le contact avec Londres est établi.

Début mai 1941, le démantèlement du groupe commence par une vague d’arrestations qui se poursuivra jusqu’en juillet. Les principaux responsables et chefs de groupes tombent. Ils sont incarcérés à la prison du Bouguen. Les prisonniers seront transférés à Rennes puis à Fresnes avant d’être jugés à l’hôtel Continental de Paris, par un tribunal militaire allemand. Onze seront condamnés à mort et seront fusillés le 10 décembre 1941. Quelques uns seront acquittés, les autres seront condamnés à des peines de prison et à la déportation. De la vingtaine de résistant.e.s déporté.e.s, sept en succomberont.

Plusieurs résistants poursuivront la lutte contre l’occupant mais la majorité préférera se mettre au vert ou stopper toute activité après la chute du groupe.

Vous trouverez à la suite de cette synthèse, plus de soixante biographies des résistants du groupe Elie. Nous recherchons également des informations sur les résistants suivants, dans l’optique d’ajouter leur biographies sur le site :

- Abarnou Paulette
- Benars Adolphe
- Cloarec Louis
- Hergouach
- Le Bigot Lucien
- Leclaire
- Loace (ou Loaec)
- Maze Léon
- Menez


Après guerre, pour les besoins administratifs, l’ensemble du groupe Elie est rattaché au réseau Confrérie-Notre-Dame/Castille.