BIZIEN Félicie

Félicie Bizien n’est à proprement pas une membre du groupe Elie mais par son aide apportée au groupe Elie, aux heures les plus tragiques, elle méritait d’être citée.

Félicie Bizien est commerçante à Brest et réside au 9 rue Keruscun à Saint-Marc. En 1931, elle épouse Jean-Louis Riou.

La nature de sa relation avec Roger Ogor nous est inconnue mais le 27 mai 1941, alors que celui-ci est en fuite car recherché par les membres du S.D de Brest, il prend contact avec Marie Miossec. Il demande à cette dernière d’aller chercher Félicie Riou. Félicie offre alors une aide financière à Roger Ogor afin de l’aider à gagner l’Angleterre avec Henri Auffret. Elle l’aide également à trouver Marguerite Corbel, la sœur d’Henri Auffret, pour obtenir également un apport financier. Le soir, Félicie accompagne le résistant en fuite à la gare de Brest pour qu’il embarque à destination de Rennes. Elle lui fournit alors une valise de linge propre et un nécessaire de toilette.

Le 19 juin elle est convoquée à l’Aussenkommando du S.D de Brest, basé dans les locaux de l’école Bonne-Nouvelle de Kérinou en Lambézellec. Elle est inculpée pour avoir apporté aide et protection à un fugitif. Jugée en juillet 1941, elle est condamnée à trois mois de prison. Peine quelle purge d’avril à juillet 1942 à la prison de Rennes.

Après-guerre, en novembre 1947, les époux Riou divorcent.

Publiée le , par Edi Sizun, Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Commune de Plouguin, registre d’état civil.
  2. Service historique de la Défense de Caen, dossier individuel d’internée de Félicie Bizien-Riou (AC 21 P 710295).
  3. Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de Résistante de Félicie Bizien-Riou (GR 16 P 61888).
  4. Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattante volontaire de la résistance de Félicie Bizien-Riou (1622 W).
  5. LE BOULANGER Isabelle, Bretonnes et Résistantes, éditions Coop Breizh, 2018.
  6. Geneanet, notice généalogique de Félicie Bizien-Riou.

Remerciement à Mikaël Cabon et Françoise Omnès pour la relecture.