HUET Francis

Francis Henri Pierre Constant Huet passe sa jeunesse à Saint-Pierre-Quilbignon où son père travaille comme ébéniste. Au début des années trente, il travaille comme manœuvre à l’entreprise Crapin avant de travailler comme couvreur. Francis Huet épouse Simone Labous (1919-1992), le 3 mai 1935 à Brest et de cette union, naissent deux enfants. La famille réside alors au 53 rue François Rivière à Brest. En 1938, Francis Huet est devenu ambulancier municipal et l’année suivante, il est désormais sapeur-pompier de Brest. Ce nouvel emploi fait qu’il n’est pas mobilisé dans l’armée à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale.

En mai 1942, son collègue pompier Raymond Palu lui propose de fournir des informations sur l’Occupant. Francis Huet accepte et entre alors en résistance, dans ce qui va devenir le Groupe Rubis. Il profite alors de son emploi pour recueillir des informations sur les positions et activités allemandes. Ces informations sont rassemblées et transmises au réseau Confrérie Notre-Dame (C.N.D).

À l’évacuation de la ville en août 1944, il participe au transfert de brestois en dehors de la ville grâce à une ambulance municipale. Parvenu à Saint-Renan, dans la continuité de son engagement clandestin, il gagne le maquis de Tréouergat pour y incorporer les rangs des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I). Francis Huet incorpore le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau et se voit affecter au 1er Groupe de la 1ère Section de la 1ère Compagnie en tant que soldat F.F.I.

Composition du groupe :
- ADAM François
- BIZIEN Henri (tué le 15 septembre)
- BRIS Eugène
- COLIN Jean
- COLIN Yves
- DERRIEN André
- HUET François
- JAOUEN Yves
- KERLEROUX François
- KERRENEUR René
- LE CORRE Mathieu (Chef de groupe)
- MERRIEN Corentin
- MERRIEN Joseph
- WIMEL Louis

Au sein de ce groupe, il participe aux combats et opérations de Libération dans le canton de Ploudalmézeau avant d’être engagé à la réduction de la poche du Conquet jusqu’en septembre 1944. Après la fin des hostilités, il participe au nettoyage des zones de combats pour récupérer les armes et munitions abandonnées. Démobilisé des F.F.I fin septembre 1944, il reprend son service dans le corps des sapeurs-pompiers de Brest.

Après guerre, Francis Huet divorce en 1945. Il réside un temps en baraque avant d’emménager à la caserne Foch. Il continue sa carrière dans les sapeurs-pompiers jusqu’à sa retraite. Il finira sa carrière avec le grade de Sergent chef pompier.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Famille Huet, iconographie et documents.
  • Archives municipales de Brest, registre d’état civil (2E174 et 3E485).
  • Amicale du réseau C.N.D-Castille, fiche signalétique de Francis Huet.
  • La Dépêche de Brest, éditions du 26 avril 1930, 17 avril 1935, 4 mai 1935, 24 octobre 1938 et 21 avril 1939.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossiers individuels de Résistant de Francis Huet (GR 16 P 298143, GR 16 P 298137 et GR 28 P 4 33 76).
  • ANDRÉ Jacques, Le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, à compte d’auteur, Brest, 2003.