INIZAN Louis

Louis Inizan suit une scolarité classique avant de se diriger vers le métier de sculpteur sur bois puis s’engage, pour trois ans, dans la Marine française. A 22 ans il entre comme apprenti électricien dans l’entreprise Energie Industrielle ; il réside alors au 7 rue Duret à Brest. Mobilisé dans la Marine Nationale à la déclaration de guerre, il se trouve à Dakar en juillet 1940. Il est ensuite affecté au camp de Médiouna avant d’être rapatrié en Métropole pour être démobilisé au 5e Dépôt à Toulon le 24 octobre 1940. Revenu à Brest, il retrouve sa femme et son enfant.

Recruté par Albert Muller et Georges Bernard, il entre en résistance le 24 novembre 1940. Louis Inizan se livre alors à des attaques contre les troupes d’occupation, en décembre 1940 et janvier 1941 notamment. Il participe également à la récupération d’armes pour le groupe. Il est arrêté à son domicile le 17 mai 1941 par les agents de l’Aussenkommando du S.D de Brest et enfermé à la prison du Bougen dans la cellule n° 6. Lors du bombardement anglais dans la nuit du 1er au 2 juillet 1941, il est blessé par des éclats. Avec le reste du groupe, ils sont transférés le 5 juillet 1941 à la prison de Fresnes en prévision de leur jugement. Lors du procès du groupe Elie, il est condamné à 5 ans de réclusion, qu’il purge en déportation en Allemagne.

Résistants brestois présents dans le convoi du 19 janvier 1942 :
- BONNIOU Auguste (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg et Butzbach)
- CAROFF Jean (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- COATÉVAL Jean (Karlsruhe, Rheinbach et Hameln)
- DROUIN René (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- FÉROC Yves (Karlsruhe, Saarbrücken et Zweibrücken)
- GOUEZ François (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg, Butzbach et Rockenberg)
- GOUEZ Lucien (Karlsruhe, Rheinbach, Kassel et Coswig)
- INIZAN Louis
- LE REST Robert (Karlsruhe, Rheinbach et Hameln)
- LE ROUX Maurice (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- OLLIVIER Joseph (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg et Butzbach)
- PICART Yves (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- POULIQUEN Jean (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg et Butzbach)
- ROIGNANT Hervé (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)

Louis Inizan est interné dans les camps de Karlshure, Rheinbach, Sieburg et Köln. En août 1942 il est blessé à la tête et son état de santé devient préoccupant. Le 2 ou 3 février 1943, il est libéré et rapatrié pour être soigné, par le Dr A. Jacq. Il reste en liberté surveillée jusqu’à la Libération.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Commune de Plounevez-Lochrist, registre d’état civil.
  • Archives municipales de Brest, fonds F.N.D.I.R.P (87S).
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Louis Inizan (1622 W 11).
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier Procès du groupe Élie (GR 25 P 16344), aimablement transmis par Edi Sizun.
  • Fondation pour la mémoire de la Déportation, registre des déportés de janvier 1942 (I.22).
  • BROC’H Jean, J’avais des camarades, éditions Le Télégramme, 1949.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistant de Louis Inizan (GR 16 P 301731) - Non consulté à ce jour.
  • Service historique de la Défense de Caen, dossier individuel de déporté de Louis Inizan (AC 21 P 574490) - Non consulté à ce jour.