ROIGNANT Hervé

Hervé Roignant réside au 17 rue Emile Souvestre à Brest et travaille à l’arsenal comme chaudronnier.

En octobre 1940, il est approché avec son ami Jean Pouliquen par Georges Bernard. Ce dernier leur propose d’intégrer un groupe de jeunes patriotes gaullistes dont le devoir est de s’organiser pour être prêts à prendre les armes, lorsque la France entrerait à nouveau dans le combat. Hervé adhère à la cause, son nom est donc ajouté sur la liste des membres du Groupe Élie.

Le 17 mai 1941, Hervé Roignant est arrêté à son domicile par les membres de l’Aussenkommando du S.D. de Brest. D’abord interné à la prison du Bouguen, il est transféré à Rennes puis à Paris en vue du procès. Le Groupe Élie est jugé en novembre 1941. Hervé Roignant est condamné à purger une peine de 5 ans de réclusion. Peine longue entraînant la déportation, il est alors envoyé en Allemagne au début de l’année 1942.

Résistants brestois présents dans le convoi du 19 janvier 1942 :
- BONNIOU Auguste (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg et Butzbach)
- CAROFF Jean (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- COATÉVAL Jean (Karlsruhe, Rheinbach et Hameln)
- DROUIN René (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- FÉROC Yves (Karlsruhe, Saarbrücken et Zweibrücken)
- GOUEZ François (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg, Butzbach et Rockenberg)
- GOUEZ Lucien (Karlsruhe, Rheinbach, Kassel et Coswig)
- INIZAN Louis (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg et Köln)
- LE REST Robert (Karlsruhe, Rheinbach et Hameln)
- LE ROUX Maurice (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- OLLIVIER Joseph (Karlsruhe, Rheinbach, Siegburg et Butzbach)
- PICART Yves (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg)
- POULIQUEN Jean (Karlsruhe, Rheinbach et Siegburg et Butzbach)
- ROIGNANT Hervé

Il passe par les camps de Kassel, Rheinbach et Siegburg. Durant sa déportation, il sera blessé à l’œil le 23 mai 1942. Hervé Roignant succombe de mauvais traitement en janvier 1945.

Sa dépouille mortelle sera rapatriée sur Brest en juillet 1948. A titre posthume, il est fait Chevalier de la Légion d’honneur et reçoit la Croix de Guerre 1939-1945, avec étoile d’argent en 1946 et la médaille de la Résistance française en 1953.

La sépulture d’Hervé Roignant se trouve dans le cimetière de Kerfautras à Brest [Carré 30, Rang 06, Tombe 19]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives municipales de Brest, registre d’état civil (1E262).
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Hervé Roignant (1622 W).
  • Ordre de la Libération, registre des médaillés de la Résistance Française (J.O du 22/09/1953).
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier Procès du Groupe Élie (GR 25 P 16344), aimablement transmis par Edi Sizun.
  • Fondation pour la mémoire de la Déportation, registre des déportés (I.22).
  • Journal Officiel (J.O), édition n°115 du 19 mai 1998.
  • Brest métropole, service des cimetières - sépulture d’Hervé Roignant.
  • Livre d’Or de la France Combattante et Résistante, éditions Gloire, Paris, 1948.
  • BROC’H Jean, J’avais des camarades, éditions Le Télégramme, 1949.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistant d’Hervé Roignant (GR 16 P 517909) - Non consulté à ce jour.
  • Service Historique de la Défense de Caen, dossier d’attribution de le mention Mort pour la France à Hervé Roignant (AC 21 P 146145) - Non consulté à ce jour.

Remerciements à Françoise Dufournaud pour la relecture