JACOB René

René Tanguy Marie Jacob passe son enfance dans sa commune natale.

En décembre 1943, il intègre avec son frère aîné François Jacob, le mouvement Défense de la France (D.F) qui se développe depuis quelques mois dans la région brestoise. Sa première tâche consiste en la diffusion de tracts et du journal clandestin du mouvement. Quand l’Armée Secrète enclenche son recrutement pour former des unités militaires clandestines, René Jacob rejoint l’embryon du Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau. Malgré son jeune âge, René Jacob participe à l’instruction aux armes à compter de mars 1944. Dans ce premier trimestre 1944, il fait également de la propagande en faveur de la Résistance afin de rallier des patriotes. Dans la nuit du 2 au 3 août 1944, il est présent au parachutage d’armes en Plouguin, permettant d’équiper une grande partie du Bataillon. Il prend le maquis dans la ferme de Kergoff en sa commune. Affecté au 2ème Groupe de la 2ème Section de la 1ère Compagnie du Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau.

Composition de son groupe de combat
- CALVARIN Jean
- CLOÂTRE Joseph (chef de groupe)
- CONQ Louis
- EMERY Lucien
- FLOCH Eugène
- GARCIA Jean
- INIZAN Joseph
- JACOB René
- JAFFRES Emmanuel
- KERAMPRAN Henri
- L’HOSTIS Michel
- PETTON Ernest
- VENNEUGUÈS François

Avec son unité, il participe aux opérations de Libération du canton de Ploudalmézeau avant d’être engagé dans la réduction de la poche du Conquet jusqu’au 10 septembre 1944. Lors d’une halte à Trébabu, il est pris en photo avec une partie de son groupe au château de Kermorvan (voir portfolio).

Il est démobilisé le 30 septembre 1944 lors de la dissolution de son groupement. Après guerre, il travaille quelques temps comme cultivateur chez ses parents avant de s’engager dans la Marine nationale et y fait carrière.

A l’âge de la retraite, il se retire à Tréouergat et s’implique dans la vie locale. Il sera adjoint au maire de Tréouergat de 1983 à 1991. Parmi ces activités, il consacre une bonne partie de son temps à la mémoire de son unité et maquis F.F.I. Véritable gardien de la mémoire, il contribua durant de longues années à l’organisation de la cérémonie du maquis de Kergoff qui se tient tous les ans le premier dimanche d’août. René Jacob sera le président durant près de 30 ans de l’UNC Plouguin-Tréouergat.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

Groupe 2, Section 2, Cie n°1 Ploudalmézeau à Trébabu
Photo prise au château de Kermorvan à Trébabu. De gauche à droite genoux à terre : Henri Kerampran, Emmanuel Jaffres, Joseph Cloâtre, Louis Conq. De gauche à droite debout : Lucien Emery, Jean Calvarin, Joseph Inizan, René Jacob, Ernest Petton, José Garcia, Jean-Michel L’Hostis
Crédit photo : Famille Emery
Cérémonie d’Inauguration de la stèle de Kergoff (1965)
Présentation du livre sur le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau (2003)
De gauche à droite, Marguerite Lamour (députée-Maire), Michel Arnaud (Maire de Tréouergat), Jacques André (auteur du livre) et René Jacob (Ancien F.F.I)
Crédit photo : Le Télégramme
Pierre Venneugues et René Jacob (2012)

Sources - Liens

Remerciement à Roselyne Emery pour la rédaction de cette biographie.

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de René Jacob (1622 W).
  2. Musée du Ponant à Saint-Renan, fonds Baptiste Faucher, documents relatif au Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau.
  3. ANDRÉ Jacques, Le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, auto-édition, Brest, 2003.
  4. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Résistant de René Jacob (GR 16 P 303239) - Non consulté à ce jour.