LE REST Robert

Robert Le Rest réside au 72 ou 73 rue Yves Collet à Brest. Tailleur de profession, il s’engage volontaire dans la Marine Nationale en juin 1939. Après la campagne de 1940 et la débâcle, il est démobilisé le 29 décembre 1940 et regagne Brest.

Le 4 avril 1941, il est contacté par Joseph Prigent qui lui propose d’intégrer le groupe Elie et d’entrer en résistance. Robert accepte sur le champ et reçoit alors pour mission de récupérer des armes abandonnées par les anglais lors de la débâcle.

Le 20 mai 1941, d’après les allemands, le 21 mai selon lui, il est arrêté par la feldgendarmerie à Quimper. D’abord interné à la prison du Bouguen, il est transféré à Rennes puis sur Paris pour le procès du groupe. Robert Le Rest passe devant le tribunal militaire allemand et écope d’une peine de réclusion supérieure à trois ans. Sa peine entraînant la déportation, il est transféré en Allemagne le 19 janvier 1942. Il passe par les camps de Karlsruhe, Rheinbach, Hameln. Robert Le Rest est libéré par l’avance des troupes russes le 3 mai et rapatrié à Brest le 25 mai 1945.

Pour son engagement dans la résistance, il reçoit la Croix de Guerre 1939-1945, avec étoile d’argent. Après-guerre, il épouse Madeleine Mercier le 4 janvier 1946 à Brest, qui lui donne deux enfants. La famille résidera au 40 rue Charles Berthelot.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Municipales de Brest, registre d’état-civil, numérisé et disponible en ligne.
  2. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Robert Le Rest (1622 W 5).
  3. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier du Procès du groupe Élie (GR 25 P 16344).
  4. Fondation pour la Mémoire de la Déportation, liste des déportés de janvier 1942.
  5. BROC’H François, J’avais des camarades, éditions Télégramme, 1949.
  6. S.H.D de Vincennes, dossier individuel de résistant de Robert Le Rest (GR 16 P 365058) - Non consulté à ce jour.