KERBÉRÉNÈS Victor

Victor Louis Marie Kerbérénès est le troisième enfant d’une fratrie de huit frères et sœurs. Cultivateur de profession, il est appelé sous les drapeaux lors de la Première Guerre mondiale en 1915. Le jeune ploudalmézien sert consécutivement au 64ème et 76ème régiments d’infanterie. Le 25 septembre 1916, Victor Kerbérénès est blessé par balle à la cuisse. Après sa convalescence, il est réaffecté au sein d’autres unités, avant d’être démobilisé en septembre 1919. Pour sa participation à ce conflit, Victor Kerbérénès est décoré de la médaille commémorative de la Guerre 1914-1918 et de la médaille de la Victoire. De retour à la vie civile, l’intéressé se retire à Plouguin mais ne tarde pas à se rengager en 1921 dans la Coloniale. Il multiplie les campagnes en Indochine avant d’épouser Marie Terrom, le 20 mai 1929 à Plouguin. De cette union naîtront deux enfants ; Thérèse (1930-2008) et Anne.

En 1931, il est admis à la retraite et rendu une nouvelle fois à la vie civile. Pour l’ensemble de sa carrière, il est décoré de la médaille Militaire la même année. Victor Kerbérénès retourne alors à Plouguin et retrouve sa famille. Il semble se faire embaucher comme cantonnier aux Ponts et Chaussées de Ploudalmézeau. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, il est rappelé à l’activité en mars 1940 et affecté au Dépôt d’infanterie coloniale n°118 de Brest. Il ne semble pas être engagé sur le front de l’Est de la France. Quelques jours après l’arrivée des troupes allemandes à Brest, Victor Kerbérénès est fait prisonnier le 22 juin 1940. Sans doute en ayant répondu à l’ordre allemand du dit-jour, obligeant tous les mobilisés de la marine et de l’armée française à se rendre au château de Brest avant le 23 juin, à 12 heures. Victor Kerbérénès est par la suite interné au Frontstalag n°170 de Compiègne. Il va y passer un an avant d’être rapatrié à Brest et démobilisé en juillet 1941, probablement par son statut de vétéran de la Grande guerre. Cette fois le ploudalmézien retourne dans sa commune natale, où la famille semble s’être installée.

Nous ne disposons pas pour le moment d’autres informations sur son parcours sous l’occupation allemande avant l’été 1944. Membre des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I), il est alors affecté au 2ème Groupe de la 1ère Section de la 1ère Compagnie.

Composition du groupe :
- CHEVALIER Raymond
- JAOUEN François
- KERBÉRÉNÈS Victor
- KERBOUL François
- KERBOUL Paul
- KERLEROUX Ildut
- KERMORGANT Louis (1er chef de groupe)
- L’HER Joseph
- LE MEUR Jean
- LE VEN François
- MAREC Louis
- SANQUER Jean (2ème chef de groupe)
- SIZUN Julien

Avec sa compagnie, il participe aux premières opérations de Libération du canton de Ploudalmézeau et à la réduction de la poche du Conquet jusqu’au 10 septembre 1944. Victor Kerbérénès est démobilisé à la dissolution des unités F.F.I fin septembre 1944.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives départementales du Finistère, case matriculaire de Victor Kerbérénès.
  • La Dépêche de Brest, édition du 17 juin 1929.
  • Bibliothèque nationale de France, bibliothèque numérique Gallica, liste officielle (n°35) de prisonniers français, 23 octobre 1940 (4-LH4-4448).
  • ANDRÉ Jacques, Le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, à compte d’auteur, Brest, 2003.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de F.F.I de Victor Kerbérénès (GR 16 P 318197) - Non consulté à ce jour.