COLLOBER Jean

Jean Louis Marie Ollivier Collober a deux sœurs et un frère. Il est adopté en 1920 comme pupille par la Nation, suite au décès de son père Alexandre Collober en août 1914 dans les Ardennes durant la Première Guerre mondiale. En 1926, le jeune huelgoatain passe avec succès son certificat d’études avant de se tourner vers une carrière dans la gendarmerie. Il épouse Marie Anne Le Moing (1914-1987), le 2 avril 1935 à Gourin dans le Morbihan et de cette union, naîtront trois enfants. De part son poste, il n’est pas mobilisé à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale. Sous l’occupation, Jean Collober est en poste à la brigade de gendarmerie de Ploudalmézeau.

Sa date d’entrée en Résistance est incertaine. Deux attestations émanant de Fernand Salaün et Joseph Grannec en 1950, indiquent que le gendarme Collober serait entré en Résistance en novembre 1942. Il y a vraisemblablement anticipation, le principal intéressé indiquant pour sa part le mois d’avril 1943 comme date du début de son action. Ce mois là en effet, un aviateur anglais, Peter William Lefevre, fils du maire de Canterbury, se crash à Plouguin le 16 avril 1943. Rapidement entouré par les habitants, le pilote est extrait de la foule et dissimulé dans la campagne par Joseph Grannec et son collègue Jean Collober. L’anglais est alors confié à monsieur Puzin qui le conduira chez Jean Tromelin dans la soirée.

Cette action préfigure l’engagement de Jean Collober dans la lutte contre l’occupant. Il participe dans la limite du possible, à lutter contre les réquisitions mises en place dans le cadre du Service du travail obligatoire (S.T.O). Il avertit, porte assistance et conseille les jeunes réfractaires. Il s’affilie par rattachement de son groupement cantonal de résistance, au mouvement Défense de la France (D.F). Jean Collober contribue à la diffusion de la propagande contre l’occupant. À l’instauration des unités combattantes des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) à l’été 1944, il participe au transport entre Lannilis et Ploudalmézeau des armes et se voit nommer chef du 3ème Groupe de la 1ère Section de la 1ère Compagnie du Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau.

Composition du groupe :
- COLLOBER Jean (Chef de groupe)
- DENIEL Henri
- DENIEL Yves
- GEFFROY Jean
- GEFFROY Louis
- GOACHET Yves
- KERBOUL André
- L’HOSTIS Goulven
- PELL É Louis
- PÉRÈS Lucien
- QUÉMÉNEUR Joseph
- SOUBIGOU Marcel

Avec son unité, le gendarme Collober participe aux opérations de Libération du canton de Ploudalmézeau avant d’être engagé dans la réduction de la poche du Conquet jusqu’au 10 septembre 1944. Lors d’une halte, il est pris en photo avec d’autres F.F.I de sa compagnie (voir portfolio). Sa participation aux combats de la Libération, lui octroie le grade de sergent F.F.I.

Après guerre, il sera muté à la brigade de gendarmerie de Rosporden avant de partir sur Lorient pour sa retraite.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

1er Groupe de la 1ère Section de la 1ère Compagnie du Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau

Sources - Liens

  • Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Jean Collober (1622 W).
  • Musée du Ponant de Saint-Renan, archives F.F.I du Bataillon de Ploudalmézeau.
  • La Dépêche de Brest, édition du 28 juin 1926
  • Mémoires des hommes, notice de Mort pour la France d’Alexandre Collober.
  • ANDRÉ Jacques, Le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, édition à compte d’auteur, Brest, 2003.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de Résistant de Jean Collober (GR 16 P 137962) - Non consulté à ce jour.