SALIOU Ollivier

Ollivier François Saliou est apprenti mécanicien, d’abord à la Compagnie E.T.T puis chez le transporteur Simon de Lesneven, le tout sous l’occupation allemande. Requis dans le cadre du Service du travail obligatoire (S.T.O) en 1943, il refuse l’idée de partir travailler en Allemagne. Ollivier Saliou devient alors comme nombre de sa classe, un réfractaire, il entre dès lors en clandestinité.

Sa date d’entrée en Résistance est incertaine. Il indique avoir été recruté par Ernest Cabon pour être placé sous les ordres d’Alice Coudol. Deux attestations, fournies par ses anciens chefs des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) en 1954, précisent sa période d’entrée en résistance au mois de juin 1943. Cependant, une liste du registre de la Compagnie F.F.I de Lesneven indique pour sa part que l’entrée en résistance d’Ollivier Saliou daterait de juillet 1944. Il est donc probable qu’il y ait confusion entre sa date de refus au S.T.O et son intégration effective dans les rangs des F.F.I.

Malgré tout, à la formation des unités combattantes des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I), Ollivier Saliou est affecté au 4ème Groupe de la Compagnie F.F.I de Lesneven. Il est présent lors du parachutage d’armes à Ploudaniel au début du mois d’août 1944.

Composition du Groupe n°4 :
- BEYOU Joseph
- CADIOU Albert
- CARAÈS Jean
- CORRIGOU Jean
- FILY François
- ILIOU Alain
- LE HAN Jean
- MANACH Albert
- PAUL Yves (chef de groupe)
- PENGAM Toussaint
- PICHON Roger
- PRÉMEL-CABIC Lucien
- ROUE Roger
- SALIOU Olivier
- SIMON Yves

Au déclenchement de l’insurrection F.F.I à compter du 5 août 1944, il combat avec son unité et participe à la Libération de la région de Lesneven. Il y est d’ailleurs blessé le 7 août 1944 par un éclat d’obus. Le canton libéré, son unité est déployée à l’ouest et contribue à la réduction de la poche allemande du Conquet jusqu’au 10 septembre 1944. Il reste affecté dans la Compagnie jusqu’à la fin du mois de septembre, date de démobilisation des F.F.I.

Ollivier Saliou poursuit néanmoins la lutte en s’engageant volontairement dans l’Armée française en reconstruction à Landerneau. Affecté au sein du 6ème Régiment d’infanterie coloniale de la 9ème Division d’infanterie coloniale, il participe à l’occupation de l’Allemagne avant d’être affecté en Indochine de 1945 à 1947. Il y sera blessé en décembre 1946 et nommé caporal le mois suivant.

Revenu à la vie civile, il se marie et aura trois enfants. La famille réside alors au 22 avenue Fernand Le Corre à Lesneven où Ollivier Saliou travaille comme employé municipal. Pour l’ensemble de sa carrière, il reçoit la médaille militaire et la Croix de Guerre 1939-1945, avec étoile Rouge et Vermeil.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives municipales de Brest, registre d’état civil (3E476).
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Ollivier Saliou (1622 W).
  • Archives F.F.I de l’arrondissement de Brest, registre de la Cie F.F.I de Lesneven.
  • BOHN Roland, Chronique d’hier -Tome 1 - La vie du Léon 1939-1945, édition à compte d’auteur, 1993.