JAOUEN Jean

Jean Yves Marie Jaouen est le fils d’un pêcheur de Saint-Pabu. Il passe son enfance et adolescence au bourg de sa commune natale avec ses quatre sœurs et son frère aîné François. À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, le matelot canonnier Jaouen est rappelé sous les drapeaux dans la Marine nationale à Brest. En février 1940, il est affecté au 5ème Dépôt des équipages de la flotte à Toulon. Jean Jaouen est finalement démobilisé fin septembre 1940, il regagne alors Saint-Pabu. Il trouve du travail à Brest en janvier 1941 comme manœuvre pour l’entreprise Campenon-Bernard, travaillant pour la Todt.

Il semble avoir été contacté en avril ou juillet 1943 par le notaire Henri Provostic qui cherche à établir une liste de volontaires prêts à se battre pour la Libération du pays. Jean Jaouen accepte et avec son frère François ils se mettent à disposition du groupement communal qui se crée. En juin 1943, Jean Jaouen quitte son emploi à Brest et trouve un nouvel emploi comme cultivateur dans sa commune. Dans le second semestre de l’année 1943, son groupe s’affilie au mouvement Défense de la France (D.F). En Janvier 1944, l’organisation prend forme et Jean Jaouen est nommé chef de groupe pour le secteur de Saint-Pabu. Les contacts se multiplient alors, notamment avec Pierre Plouet et Joseph Grannec. Dans l’ombre le recrutement va à bon train et l’effectif de Saint-Pabu grossit au fil des mois, notamment grâce à des anciens marins démobilisés et rentrés au pays. Fin mai 1944, des arrestations ébranlent l’organisation clandestine des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) dans le canton de Ploudalmézeau.

Sur ordre, il rejoint le maquis de Tréouergat, quartier-général du Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, dans les premiers jours du mois d’août 1944. Jean Jaouen est alors affecté avec son frère au 3ème Groupe de la 1ère Section de la 2ème Compagnie en tant que chef de groupe.

Composition du groupe :
- AMIL Théophile
- CABITEN Jean
- GUÉGUANTON Eugène
- JAOUEN François
- JAOUEN Jean (Chef de groupe)
- JAOUEN Jean-Louis
- LE LANN Alexis
- MÉNEC Léon
- PÉRÈS François
- TERROM Yves
- THOMAS François

Après avoir perçu leur dotation en armes et avoir instruit de manière rudimentaire les jeunes recrues, Jean Jaouen et ses camarades sont déployés. Ils participent aux opérations de Libération dans le canton de Ploudalmézeau avant d’être engagés à la réduction de la poche du Conquet.

Après la fin des combats en septembre 1944, il intègre le Bataillon de Sécurité F.F.I de Brest jusqu’en décembre 1944. Après guerre, il se marie avec Léonie Pallier (1923-2004) et aura deux enfants. Il travaillera comme ouvrier spécialisé à Saint-Pabu.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Jean Jaouen (1622 W).
  • Fondation de la Résistance, Paris, registre des membres du mouvement D.F du Finistère.
  • ANDRÉ Jacques, Le Bataillon F.F.I de Ploudalmézeau, à compte d’auteur, Brest, 2003.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de Résistant de Jean Jaouen (GR 16 P 306633) - Non consulté à ce jour.

Remerciements à Françoise Omnes pour la relecture de cette notice.