NÉDÉLEC Alexandre

Alexandre Nédélec est issu d’une famille de trois enfants. Avec son frère Alexis, ils épousent les sœurs Rozuel. De son union, naît un enfant. Il est, tout comme ses frères, peintre artisan établi dans sa commune natale. Remarqué par Noël Kerdraon alors qu’il nage dans la rivière du Faou, Alexandre Nédélec est convié à pratiquer la natation au Club Nautique Brestois. Sportif accompli, Alexandre Nédélec devient champion de Bretagne de 100 mètres brasse. Il pratique simultanément du water-polo.

Sous l’occupation, son frère entre en résistance au sein des F.T.P d’Hanvec. Alexandre n’est pas en reste puisqu’il intègre le réseau Turma Vengeance en octobre 1943. Ce réseau est principalement implanté dans la région du Faou et de Quimper.

En avril 1944, son réseau subit une vague d’arrestations suite à un parachutage d’armes et d’explosifs anglais. Alexandre échappe à ces rafles et intègre alors les Francs-Tireurs et Partisans (F.T.P) d’Yves Autret. Il participe alors à l’organisation et au ravitaillement des maquis du Bot et du Nivot. Il en assure également les liaisons.

Le 20 juillet 1944, alors que le Kommando I.C 343 de Landerneau cherche à appréhender son frère faisant parti également des F.T.P, c’est Alexandre qui est arrêté à sa place. Ramené à Landerneau pour interrogatoire, il est ensuite transféré au S.D de Brest. Il est alors interrogé à Bonne-Nouvelle en Kérinou avant d’être interné à la prison de Pontaniou. Au début du mois d’août 1944, avec l’approche des troupes américaines, les allemands se prépare à soutenir un siège. Ils vident la prison des résistants encore détenus et les exécutent sommairement le 7 août 1944. Alexandre Nédélec fait très probablement parti de ces victimes. Porté disparu depuis, sa dépouille n’a jamais pu être localisée.

A titre posthume, il est assimilé au grade de sous-lieutenant et reçoit en 1958, la médaille de la Résistance française. Dans sa ville natale, le stade de foot du Faou porte son nom en sa mémoire.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives de Brest, fonds Joël Le Bras, copies des dépositions d’Herbert Schaad, Jean Corre et Gabriel Poquet en septembre 1944 (153 S 12) et portrait d’Alexandre Nédélec (3Fi134-001).
  2. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Alexandre Nédélec (1622 W).
  3. NÉDÉLEC Jean, 1920-1980 : 60 ans de vie militante dans le Finistère, éditions Maison de la lecture - Fédération des œuvres laïques du Finistère, 2003.
  4. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel d’Alexandre Nédélec (GR 16 P 441544) - Non consulté à ce jour.
  5. Service historique de la Défense (S.H.D) de Caen, dossier individuel d’Alexandre Nédélec (AC 21 P 103334) - Non consulté à ce jour.