FOULON Hippolyte

Hippolyte Joseph Marie Foulon a 19 ans quand il intègre l’armée à la déclaration de la Première Guerre mondiale en 1914. Le 18 juillet 1915, il est blessé par balle au coude gauche à la bataille de Sonvaux dans la Meuse. Sa blessure met un terme à sa guerre, il est rapatrié sur Brest où il est réformé définitivement. Hippolyte épouse Anne Marie Le Gall le 7 août 1918 à Brest. De cette union naissent cinq enfants.

Hippolyte Foulon est employé à l’arsenal de Brest comme Ingénieur Principal des Directions des Travaux Maritimes. Il a entre autres sous ses ordres, le chef de l’atelier auto, Émile Devic. C’est sur son lieu de travail qu’il est recruté dans la résistance par Gilbert Garbe en septembre 1942. Il intègre alors le réseau Confrérie Notre-Dame. Nous ignorons, pour le moment, la nature des services rendus par Hippolyte Foulon dans la clandestinité.

Il aide cependant avec son subalterne, le résistant communiste Yves Le Faou à échapper aux recherches allemandes en fin août 1943.

Lors du siège de Brest, il se met à disposition des américains mais également du 30th Assault Unit anglais. Cette unité devant entrer à Brest rapidement après la fin des combats pour récupérer un maximum de documents allemands sur la Kriegsmarine.

La sépulture d’Hippolyte Foulon se trouve dans le cimetière de Recouvrance à Brest [Carré 4, Rang 5, Tombe 7]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives municipales de Brest, registre d’état.
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Hippolyte Foulon (1622 W).
  • Brest Métropole, service des cimetières - sépulture d’Hippolyte Foulon.
  • Centre de généalogie du Finistère, case matricule d’Hippolyte Foulon.
  • Amicale du réseau C.N.D-Castille, notice biographique d’Hippolyte Foulon.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossiers individuels de résistant d’Hippolyte Foulon (GR 16 P 230188 et GR 28 P 4 34 154) - Non consultés à ce jour.

Remerciement à Françoise Omnes pour la relecture.