HÉBERT Yvette

Yvette Andrée Boutet épouse Raymond Hébert, garagiste à l’atelier Citroën de Brest, le 28 mars 1929 à Boulogne-Billancourt (Seine). Le couple s’installe au 5 rue Bugeaud et de leur union naît un enfant. Yvette est mère au foyer.

En septembre 1942, Raymond et Yvette sont contactés par Gilbert Garbe. Ce dernier les fait entrer en résistance active et les recrute dans le réseau Confrérie Notre-Dame. Le couple met alors son domicile à disposition du réseau. Yvette devient agente de liaison, notamment entre Gilbert Garbe et Adolphe Golhen. Plus tard, elle fera des liaisons pour le compte du réseau, auprès de Joseph Garion de l’État-Major F.F.I de Brest. Quand elle en a l’occasion, Yvette Hébert collecte également des renseignements sur les troupes allemandes. Elle garde quelques temps chez elle un poste radio émetteur appartenant au réseau.

A partir du 2 juin 1944 et jusqu’au début du siège de la ville en août 1944, le couple héberge Gilbert Garbe qui est activement recherché par les allemands. Au déclenchement des opérations militaires en août 1944, Yvette traverse plusieurs fois les lignes de front pour délivrer des messages et informations.

La sépulture d’Yvette Hébert se trouve dans le cimetière de Kerfautras à Brest [Carré 59, Rang 7, Tombe 1]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattante volontaire de la résistance d’Yvette Boutet-Hébert (1622 W).
  • Amicale du réseau C.N.D Castille, notice synthétique d’Yvette Boutet-Hébert.
  • Brest métropole, service des cimetières - sépulture d’Yvette Boutet-Hébert.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistante d’Yvette Boutet-Hébert (GR 16 P 287884) - Non consulté à ce jour.