MORVAN Jean

Jean Morvan effectue son service militaire à Orléans de 1934 à 1936 dans les blindés légers. Il se réengage pour une période et revient à la vie civile avec le grade de brigadier. Il intègre ensuite la gendarmerie dans les gardes mobiles et se voit affecté à la caserne de Lambézellec.

Depuis 1942, il tente de faire de la résistance individuelle mais ce n’est qu’en 1943 que son action se concrétise. Il est recruté par son collègue Marcel Nédelec qui le recrute en septembre 1943 dans le groupe Gendarmerie. Ce groupe de fonctionnaires se met à la disposition du groupe Action Directe, corps franc du mouvement Défense de la France.

Dès lors, Jean Morvan distribue les journaux clandestins du mouvement. Il sert d’agent de liaison et facilite le déplacement des résistants français en établissant des laisser-passer. Il se libre à de petits sabotages et enquête sur les collaborateurs. Son action lui vaut d’être soupçonné par les services de la Sûreté allemande. Il cesse son travail et passe dans la clandestinité complète en fin d’année 1943. Nous ignorons son activité durant l’année 1944.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Archives de Brest, fonds Défense de la France (51 S).

Archives non consultées à ce jour :

  • Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Jean Morvan, cote GR 16 P 432478.

Télécharger au format PDF