QUÉMÉNER Jeanne

Jeanne Augustine Quéméner travaille à partir de 1942 comme sténo-dactylo à l’arsenal de Brest au Service des Subsistances et Intendance.

En juin ou juillet 1943, elle est recrutée dans le réseau Ronsard comme agente de liaison. C’est elle qui s’occupe notamment d’une partie des courriers destinés à Londres. Après l’arrestation en juillet 1943 d’une partie du réseau, elle poursuit son engagement auprès de l’officier Jean Cloarec, successeur d’Yves Mindren. Jeanne complète son engagement clandestin en fournissant des renseignements sur les activités allemandes à l’arsenal. Elle communique ces informations à Joseph Roudaut, dit Cocatrix.

Pistée un temps par le supplétif français du S.D, François Gourmelon, elle échappe à la seconde vague d’arrestations en mai 1944. Jeanne Quéméner fournit d’ailleurs de précieuses informations permettant de localiser le supplétif et de le mettre hors d’état de nuire.

Elle devient la secrétaire militaire de la 1ère Compagnie F.F.I de Fusiliers-Marins de Brest à leur création durant l’été 1944. Après la libération elle poursuit la lutte auprès des Services Spéciaux chargés de dépister les agents allemands de l’Abwehr et du S.R.A encore en activité dans le Finistère.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattante volontaire de la Résistance de Jeanne Quéméner (1622 W).
  2. Service Historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de l’agent des réseaux (BCRA) Jeanne Quéméner (GR 28 P 4 126 - 52 D), aimablement transmis par Edi Sizun.