BOUJU Albert

Albert Ernest Modeste Bouju est le directeur commercial des établissements Priminime à Brest. Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé et participe à la Campagne de France où il est blessé dans les Ardennes. Démobilisé, il regagne Brest.

Sans que l’on puisse détailler les modalités et le volume de cette aide, Albert Bouju approvisionne les détenus de la prison de Pontaniou de Brest.

Contacté par Jean Broc’h, il intègre le mouvement de résistance Défense de la France (D.F). Il met à disposition son domicile pour les réunions clandestines et comme boîte aux lettres de service pour les résistants. Albert Bouju distribue également le journal clandestin du mouvement et emploie dans son magasin des réfractaires au Service du Travail Obligatoire (S.T.O).

Son dossier de demande de carte de Combattant volontaire de la Résistance contient une attestation, contre-signée à deux reprises, d’entrée en résistance en juin 1942. A défaut de plus amples informations, nous relevons une incohérence potentielle sur la date d’intégration dans la résistance. En juin 1942, le mouvement D.F n’est pas implanté à Brest, il ne le sera que près d’un an après, au printemps 1943.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Albert Bouju (1622 W).