CALONNEC Jean

Jean Marie Calonnec est cultivateur et réside à Prat-ar-Gac en Guissény. Mobilisé à la déclaration de guerre en 1939, il participe à la campagne de 1940 au sein du 131e Régiment d’Infanterie. Fait prisonnier le 19 juin 1940, il est interné par l’armée allemande jusqu’à janvier 1943. Parvenu à s’évader en janvier 1943, il regagne le Finistère mais se cache à Ploumoguer jusqu’au 3 mars 1943. Jugeant qu’il ne serait plus recherché, il regagne son domicile à Guissény.

Le 25 août 1943, il est recruté par la Résistance et intègre ainsi le mouvement Défense de la France (D.F). Il participe aux liaisons et aux recrutements. A la création de la Compagnie F.F.I de Guissény en 1944, il est nommé chef de groupe. Jean Calonnec participe à l’organisation de son unité et à l’instruction des jeunes recrues en prévision des combats. Dans la nuit du 2 au 3 août 1944, il est présent à la réception du parachutage d’armes à Kerveguen ar Groaz en Lanhouarneau.

Au moment de l’insurrection, l’unité de Jean est engagée dans les combats de Tréflez puis dans tout le canton de Guissény et Plouescat. La compagnie se porte ensuite à l’ouest pour participer à la réduction de la poche de Brest et du Conquet. Il combat à Berbouguis, près de l’étang de Kerjean, à la pointe du Corsen et participe ensuite à l’occupation du secteur Le Conquet-Saint-Mathieu à la Libération. Jean Calonnec est démobilisé des F.F.I en fin septembre 1944 et regagne son foyer.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Jean Calonnec (1622 W).
  2. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Jean Calonnec (GR 16 P 102007) - Non consulté à ce jour.

Remerciement à Françoise Omnes pour sa relecture.

Télécharger au format PDF