GUÉNA Louis

Louis Gabriel Guéna réside dans sa jeunesse à Mescoues en Porspoder. En 1915, il est incorporé dans l’Armée et part combattre sur le front lors de la Première Guerre mondiale. De son instruction à sa démobilisation en septembre 1919, il est blessé à deux reprises et passe par 4 régiments d’infanterie. Pour sa tenue au front, il est décoré de la Croix de Guerre 1914-1918, avec trois citations.

Dès son retour à la vie civile en 1919, il se fait enregistrer comme inscrit maritime au quartier du Conquet pour travailler dans la Marine marchande. Il intègre le syndicat maritime de Porspoder et après quelques temps, il passe l’examen à Paimpol du brevet de capitaine de la Marine marchande en 1922. Ce nouveau poste lui permet de trouver un travail sur place et de s’y marier, le 22 juin 1925 avec Louise Le Roux (1904-1964). De cette relation naissent deux enfants à Paimpol ; Yvon en 1925 et Suzanne en 1932. À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Louis Guéna est trop âgé pour être mobilisé.

Sous l’occupation allemande, Louis Guéna, qui était le capitaine du vapeur Saint-Lucien, semble être mis au chômage. Il est néanmoins nommé à l’ordre du mérite maritime en mai 1942. Durant cette période, il semble s’établir au 13 rue Goarem-Kérinou en Lambézellec.

C’est vraisemblablement par l’intermédiaire de Jean Le Scour, une connaissance de son fils, que Louis Guéna entre en résistance en août 1943. Il intègre le mouvement Défense de la France (D.F). Dès lors, Yvon Guéna œuvre à la diffusion de la propagande en faveur de la résistance. Il sert également d’agent de liaison et semble fournir quand il le peut des renseignements sur les positions ennemies.

Son activité durant le siège de Brest n’est pas connue, il n’a vraisemblablement pas participé aux combats de la Libération au sein des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I). Après guerre, il obtient la médaille Militaire.