CUEFF Albert

Albert Marie Cueff est trop jeune pour être mobilisé à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale. En mai 1940, il trouve un emploi dans l’entreprise Le Bras, 55 rue Yves Collet à Brest comme couvreur-zingueur.

Sans que l’on sache par quel truchement, Albert Cueff intègre le réseau de renseignement Roy, entre 1941 et 1943. Il fournit dès lors à cette structure clandestine, des informations sur l’activité, les effectifs et les positions des troupes allemandes dans les environs de Brest.

Cette tâche se termine en juin 1943, quand Albert Cueff quitte son emploi pour échapper à la réquisition du Service du travail obligatoire (S.T.O). Il trouve refuge dans une ferme à Ty-Baol en Plougonvelin. Il y séjourne durant une année avant de retourner à Brest suite à l’annonce du débarquement en Normandie.

Il cherche à renouer avec la Résistance et y parvient en intégrant les Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) du Groupement cantonal Brest-Est. Placé sous les ordres du gendarme maritime Robert Chesnay, l’heure n’est pas encore au soulèvement, faute d’armes. Le rassemblement de son groupe se fait à Saint-Martin. Dès le 6 août 1944, les hommes sont prêts à en découdre mais toujours aucune arme. Cette attente perdure avant que l’ordre de dispersion soit prononcé à l’occasion de l’évacuation générale de la ville de Brest.

Albert Cueff quitte Brest le 14 août 1944, à bord d’une ambulance de l’hôpital Ponchelet transportant cinq malades. Le véhicule prend la direction de Saint-Renan puis Ploudalmézeau, s’arrêtant plusieurs fois à des barrages allemands. Une fois les patients mis en sécurité, le véhicule sert à rejoindre le maquis de rassemblement à Tréouergat. Sur place les F.F.I sont armés et formés de manière rudimentaires par par Robert Chesnay. Le 20 août 1944, le groupe est envoyé grossir les rangs de la Compagnie F.F.I de Saint-Renan. Ils forment alors le 3ème Groupe de la 2ème Section.

Composition du groupe :
- BOUCHERIE Édouard
- CHESNAY Robert (chef de groupe)
- CUEFF Albert
- DENNIEL Guy
- DENNIEL Yves
- FALHON René
- HOLLEY André
- JACOB Laurent
- JACOLOT Charles
- JÉZÉQUEL Paul
- LANNUZEL Georges
- LESCOP François
- TABURET Ronan

Le groupe est rapidement déployé sur la route de Lanrivoaré-à Saint-Renan. Dans les jours qui suivent, ils avancent au Sud-Ouest et se porte à Tréoualen puis Kervéatous et Pont-L’Hôpital. Fin août 1944, l’unité a continué sa poussée au sud et se trouve en position à Kerfily à Locmaria-Plouzané. Albert Cueff et ses camarades F.F.I pénètrent à Plougonvelin et tiennent la ligne entre Goasmeur et Le Cosquer. Pendant près d’une semaine, les combats seront rudes dans ce secteur avant que la pression sur les troupes allemandes permette aux F.F.I de prendre le Bois des Chevillotte. Le groupe d’Albert fait d’ailleurs trois prisonniers dans ce bois. L’engagement militaire se termine avec la reddition complète de la poche du Conquet, le 10 septembre 1944. La Compagnie fait alors mouvement sur Saint-Renan en prévision d’un déploiement dans les combats de rues à Brest. Finalement, cet engagement n’a pas lieu, les F.F.I sont alors employés à diverses missions de police, de sécurité et de nettoyage des zones de combats.

À la dissolution des unités F.F.I, il contracte un engagement volontaire pour la durée de la Guerre à Landerneau. Affecté à la 1ère Compagnie du 81ème Bataillon du Génie de la 19ème Division d’Infanterie en tant que sergent pontonnier démineur, il participe au siège de Lorient. Démobilisé fin octobre 1945, Albert Cueff retourne à la vie civile et retrouve un emploi de couvreur zingueur. Il épouse Jeanne Reyniers (1923-2013), le 1er décembre 1945 à la mairie annexe de Saint-Marc à Brest.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de Résistant d’Albert Cueff (GR 16 P 152333), aimablement transmis par Edi Sizun.
  • Musée du Ponant à Saint-Renan, fonds Baptiste Faucher, archives de la Compagnie F.F.I de Saint-Renan.