CALVEZ Pierre

Pierre Etienne Marie Calvez est le fils d’un couple de cultivateurs établis au bourg de Brignogan. En février 1935, il contracte un engagement dans la Marine nationale. Promu quartier-maître canonnier en avril 1939, il est affecté sur le contre-torpilleur Le Fantasque durant la Guerre 1939-1940. Lors de la débâcle et suite à l’armistice de juin 1940, son navire reste à Dakar. En septembre 1940, Pierre Calvez change d’affectation et passe sur le torpilleur Palme. Il reste à son bord jusqu’au sabordage de la flotte en novembre 1942. Mis en congés d’armistice, Pierre Calvez regagne sa commune natale en décembre 1942, il se reconvertit alors en cultivateur dans la ferme familiale.

L’ancien marin est approché en septembre 1943 par la résistance locale qui cherche des volontaires ayant une expérience militaire afin de former une liste théorique de patriotes prêts à prendre les armes en cas d’insurrection. Pierre Calvez accepte la proposition et intègre bientôt le mouvement Défense de la France (D.F). À l’implantation des unités combattantes des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) dans la région en 1944, il est incorporé au groupement cantonal de Guissény et Plouescat. En prévision des combats, il est affecté à la section F.F.I de Brignogan-Plages, sous les ordres d’Yves Postec. Il semble avoir été présent aux parachutages d’armes dans la nuit du 2 au 3 août 1944.

Lors de l’insurrection générale, Pierre Calvez participe aux combats de la Libération du secteur Guissény-Plouescat et de la région de Lesneven. Après ces combats, son unité est déployée à l’Ouest de Brest, pour la réduction de la poche allemande du Conquet jusqu’au 15 septembre. En toute fin du siège de Brest, le demi Bataillon est employé dans le secteur de Saint-Pierre-Quilbignon à diverses tâches.

Démobilisé fin septembre 1944 lors de la dissolution des unités F.F.I, il réintègre la Marine nationale. Il est promu quartier-maître de première classe en janvier 1945. Deux mois plus tard, Pierre Calvez épouse Anne Salaun, le 15 mars 1945 à Plounévez-Lochrist et de cette union naîtront trois enfants. Rendu à la vie civile en 1946, il s’établit à Lantreguer en Plounevez-lochrist et se consacre à l’agriculture.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives municipales de Brest, registre d’état civil (3E462).
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Pierre Calvez (1622 W).
  • Geneanet, notice biographique de Pierre Calvez.
  • Archives F.F.I de l’arrondissement de Brest, registre des effectifs du démi bataillon de Guissény-Plouescat.
  • BOHN Roland, Chronique d’hier -Tome 1 - La vie du Léon 1939-1945, édition à compte d’auteur, 1993.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistant de Pierre Calvez (GR 16 P 102256) - Non consulté à ce jour.