LAMOULLER Ferdinand

Ferdinand Pierre Marie Lamouller pratique le cyclisme au niveau compétitif dans sa jeunesse. Après avoir effectué son service militaire entre 1931 et 1932, il épouse Yvonne Le Joncour (1912-2010), le 26 décembre 1934 à Tréduder dans les Côtes du Nord et de cette union naîtra un enfant. Tailleur de profession, il s’installe à Plougastel-Daoulas et dispose d’un atelier, situé au 3 rue de la Poste. En août 1935, il obtient le grade de caporal. À la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Ferdinand Lamouller est mobilisé. Nous ignorons son parcours durant la drôle de Guerre mais lors de la débâcle, il est fait prisonnier le 16 juin 1940. Il indique s’être évadé de son stalag le 24 décembre 1940 avant d’être repris le 15 janvier 1941. Interné en Belgique, il semble s’être de nouveau évadé en mars 1941, avec succès cette fois. Parvenu en rentrer en France, il passe en Zone libre à Châteauroux où il est démobilisé le 7 mai 1941. Le tailleur de Plougastel peut alors regagner son foyer et son atelier en toute légalité.

C’est en janvier 1944 qu’il entre en relation avec le groupe de Résistance de Plougastel-Daoulas dont le chef se fait appeler Le Fraisier. Car depuis quelques mois, le mouvement Libération Nord et les éléments locaux du réseau Barnsby, tentent d’enrôler des patriotes ayant une expérience militaire pour former les cadres d’une unité combattante dans le canton. Ferdinand Lamouller contribue alors à l’organisation de la section communale de l’Armée secrète (A.S) puis des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) dans les premiers mois de l’année 1944. À la création de la Compagnie F.F.I du canton de Plougastel-Daoulas, de part son expérience, il est affecté comme chef de groupe au sein des Sections de Plougastel. Avec son groupe, il participe aux opérations militaires de la Libération dans le canton de Plougastel-Daoulas en août et septembre 1944. Il se distingue au combat, notamment en pénétrant dans Plougastel-Daoulas à la tête d’un groupe de soldats américains qu’il guide.

Après les combats, il participe aux opérations de nettoyage et ramassage de matériels militaires dans les zones de combats. Démobilisé fin septembre 1944 lors de la dissolution des unités F.F.I, Ferdinand Lamouller est alors rendu à la vie civile. Il reprend son activité de tailleur jusqu’à sa retraite à Plougastel-Daoulas.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

Sources - Liens

  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Ferdinand Lamouller (1622 W).
  • Archives des F.F.I de l’arrondissement de Brest, registre des effectifs de la compagnie F.F.I de Plougastel-Daoulas.
  • La Dépêche de Brest, édition du 3 avril 1928.
  • L’Ouest-Éclair, édition du 8 août 1928.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistant de Ferdinand Lamouller (GR 16 P 334569) - Non consulté à ce jour.