BOURDON Jacques

Jacques Marie Bourdon suit la voie de son père en entrant à l’arsenal de Brest comme ouvrier auxiliaire des constructions navales. Il travaille à l’atelier bois et très rapidement après son arrivée, il adhère à la Confédération générale du travail (C.G.T) en 1930. Jacques Bourdon s’investira syndicalement en participant à la réunification de la C.G.T et de la Confédération générale du travail unitaire (C.G.T.U). Cette implication lui vaut d’être élu délégué de son atelier en novembre 1938. Quelques mois auparavant, Jacques Bourdon se blesse à la main sur une scie à ruban, lui sectionnant une phalange. Ceci ne l’empêche cependant pas de d’épouser l’employée de commerce Jeanne Peschoux (1919-2006), le 30 juillet 1938 en mairie annexe de Recouvrance à Brest.

Mobilisé à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Jacques Bourdon n’est pas fait prisonnier lors de la débâcle de juin 1940. Démobilisé, il revient sur Brest et retrouve son poste à l’arsenal. Il semble entrer en Résistance en octobre 1941 en adhérant aux idées du Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France (F.N). Il en diffuse la propagande, notamment les journaux La Vie Ouvrière, L’Humanité, Front National, France d’Abord. Jacques Bourdon est également solidaire en contribuant aux quêtes du Secours populaire clandestin pour venir en aide aux familles des prisonniers de la Résistance.

Il aurait part la suite intégré les rangs des Francs-tireurs et partisans (F.T.P) et participé à des actions contre l’armée allemande [1]. En 1943, il est contacté par François Rannou pour rejoindre les effectifs de la C.G.T qui se reconstitue clandestinement. Jacques Bourdon retrouve alors son rôle de délégué de l’atelier bois d’avant guerre. Son activité en 1944 n’est pas connue.

Après la Libération, il devient membre du Parti communiste français (P.C.F) et poursuivra la lutte syndicale à l’arsenal jusqu’à sa retraite.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives municipales de Brest, registres d’état civil (5E121 et 6E145).
  • La Dépêche de Brest, éditions du 24 mai 1938 et du 3 juillet 1938.
  • KERBAUL Eugène, 1270 militants du Finistère (1918-1945), à compte d’auteur, Paris, 1985, page 29.
  • KERBAUL Eugène, Cahier de mise à jour n°2 - 1640 militants du Finistère (1918-1945), à compte d’auteur, Paris, 1988, page 6.
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Jacques Bourdon (1622 W) - Non consulté à ce jour.

Notes

[1À ce jour, nous n’avons aucun éléments sur les actions menées.