GUILLEMOT Eugène

Eugène Pierre Guillemot réside avant guerre au 76 rue Jean-Jaurès. D’un père marchand forain et d’une mère couturière, le jeune Guillemot suit des études scolaires à l’École de la place Guérin avant d’être admis à l’École Pratique d’Industrie et de Commerce. Parallèlement, il débute un apprentissage au port de commerce. Sous l’Occupation allemande, il travaille à l’Arsenal de Brest.

C’est là qu’il fait la connaissance de Jean Calvarin. Avec ce dernier, ils intègrent les Francs-Tireurs et Partisans (F.T.P) dans le second le courant de l’année 1943. Eugène Guillemot aurait alors participé à divers sabotages dans l’arsenal sur du matériel allemand, notamment sur des pièces d’optique de télémètre à l’atelier de l’Artillerie Navale ou sur le tableau de commande électrique d’un vorpostenboot au port de commerce en juillet 1943. Il aurait également participé à la diffusion de la presse clandestine ainsi que des tracts et papillons.

Cette activité s’arrête en février 1944 car Eugène Guillemot est convoqué pour partir en Allemagne dans le cadre du Service du travail obligatoire (S.T.O). Il devient réfractaire, quitte son emploi et sa famille pour trouver refuge à Plouvien. Il y reste jusqu’en juin 1944 puis sans que l’on sache pour quelle raison ni par quel intermédiaire, il gagne les Côtes-du-Nord pour entrer au maquis des Montagnes Noires. Il est affecté au Bataillon Guy-Mocquet avec lequel il participe à l’insurrection générale en août 1944. Il participe ensuite au nettoyage de la région de Carhaix. Son unité se porte dans la foulée sur le front de Brest et participe à la réduction de la poche allemande dans la presqu’île de Plougastel-Daoulas. La Libération du secteur étant acquise, il contracte un engagement pour la durée de la guerre pour poursuivre la lutte sur le Front de Lorient.

Après guerre, Eugène Guillemot épouse Marie Le Roux (1920-1995), le 29 mars 1946 à Brest. La famille s’installe route du Douarjacq près de Ménez-Paul à Brest. Avec le temps, Eugène Guillemot passe d’électricien à électronicien jusqu’à sa retraite.

La sépulture d’Eugène Guillemot se trouve dans le cimetière de Kerfautras à Brest [Carré 28 Rang 06 Tombe 11]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives municipales de Brest, registre d’état civil (1E/L130 et 3E461).
  2. Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Eugène Guillemot (1622 W).
  3. La Dépêche de Brest, éditions du 18/06/1937, 04/07/1937 et du 28/08/1937.
  4. Brest Métropole, service des cimetières - sépulture d’Eugène Guillemot.