LÉAUSTIC Raymond

Raymond Jean Léaustic commence à travailler comme (apprenti ?) électricien à l’arsenal de Brest à partir d’avril 1940.

Sous l’occupation, il entre en Résistance et intègre les rangs des Francs-Tireurs et Partisans (F.T.P) en novembre 1943. Nous ignorons cependant l’identité de son recruteur. Il participe à la diffusion de la propagande et au recrutement en faveur de la Résistance. Le 14 janvier 1944, il aurait dérobé l’arme d’un soldat allemand. Le 10 mai, c’est une machine à écrire qu’il aurait subtilisée aux occupants.

Nous ignorons à laquelle des 5 unités combattantes Raymond Léaustic était affecté avant la déclaration du siège de la ville. Il quitte son emploi à l’arsenal le 4 août 1944 et se met entièrement à disposition de son chef. A l’évacuation complète de la ville, il rallie le point de rendez-vous des F.T.P brestois et s’insère dans la Compagnie F.T.P Marcel Boucher qui se forme à Kergroadez. Il participe aux combats de Kervélédan à Ploumoguer puis à la réduction de la poche du Conquet. La compagnie se porte ensuite à Brest pour participer à la reddition finale des allemands.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Raymond Léaustic (1622 W).
  • Archives F.F.I de l’arrondissement de Brest, effectifs de la Compagnie F.T.P Marcel Boucher.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de Résistant de Raymond Léaustic (GR 16 P 345334) - Non consulté à ce jour.

Remerciement à Françoise Omnes pour la relecture de cette notice.