STÉPHAN Paul

Paul Stéphan travaille sous l’Occupation chez le photographe Moalic à Brest. À l’automne 1942, craignant la conscription obligatoire venant en remplacement de la Relève, Paul Stéphan quitte la cité du Ponant et trouve refuge dans la région de Saint-Frégant.

Revenu à Brest quelques temps plus tard, il entre en résistance et intègre en décembre 1943 le groupe Action Directe, corps franc du mouvement Défense de la France (D.F). Il aurait participé au sein de ce groupe, à l’enlèvement de tickets d’alimentation. En mars 1944, une série d’arrestations bouscule le corps-franc, la dispersion est recommandée. Si certains se rendent à Saint-Frégant et Kerlouan, Paul Stéphan est pour sa part mis au vert à Kernilis, auprès du meunier J. Meillard.

Il indique être entré grâce à ce dernier, dans les rangs des Forces françaises de l’intérieur en fin juillet 1944. À ce jour cela n’a pu être corroboré, son nom étant absent des registres F.F.I à notre disposition. Il est plus probable qu’il se soit greffé aux troupes américains à leur passage dans la région dans les premiers jours d’août 1944. Car Paul Stéphan indique avoir participé aux combats dans la région de Plouvien et Gouesnou avant de partir à leurs côtés vers la poche de Lorient. Sans que l’on sache pourquoi, une fois à Lorient, il ne s’y attarde pas et remonte dans le Finistère par le centre Bretagne (peut être avec des américains ?) où il arrive à Huelgoat. Sur place, il intègre le Bataillon F.F.I de l’Argoat, Compagnie J.P Calloch sous les ordres de Paul Marzin. Paul Stéphan participe au sein de cette nouvelle unité aux combats du Menez-Hom puis en presqu’île de Crozon.

En octobre 1944, il souscrit un engagement de trois ans dans l’armée française et se voit affecté sur le front de la poche de Lorient au sein du 118ème Régiment d’infanterie (118e R.I). Après guerre, il est nommé sergent moniteur à l’École des parachutistes de Pau. De retour à la vie civile, il résidera 7 rue Armand Rousseau et épousera Fernande Denis, le 30 octobre 1954 à Brest.

La sépulture de Paul Stéphan se trouve dans le cimetière de Saint-Martin à Brest [Carré 28, Rang 4, Tombe 9]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives municipales de Brest, registre d’état civil (1E266) et fonds Défense de la France (51S).
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Paul Stéphan (1622 W).
  • Brest métropole, service des cimetières - sépulture de Paul Stéphan.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistant de Paul Stéphan (GR 16 P 556982) - Non consulté à ce jour.