Ronsard-Marathon

[Début 1943 - Printemps 1944]

Réseau Ronsard puis Luth
Le réseau Ronsard est actif en France à partir de septembre 1941. En juillet 1942 le chef du réseau, Louis Richard, récupère la également la direction du réseau Curie. Ces deux entités clandestines travaillent conjointement pour le BCRA de Londres et finissent par fusionner sous le nom de réseau Luth en janvier 1943. La mission principale de ce réseau est de recueillir des renseignements sur les troupes allemandes et pour la partie côtière ; des informations sur le Mur de l’Atlantique. Les renseignements sont transmis au BCRA, d’abord par le réseau Confrérie Notre-Dame de Paris puis par la centrale d’émission Praxitèle. En mai 1943 le réseau Luth éclate et se disperse en trois nouveaux réseaux : Chinchilla, Gulliver et Troène.

Réseaux Gulliver - C.L.G
Après l’éclatement, (prénom à préciser) Tainturier crée le réseau Gulliver qui devient en octobre 1943 le réseau C.L.G (Curie-Luth-Gulliver). Ce réseau récupère rapidement plusieurs résistants des deux autres réseaux Troène et Chinchilla, respectivement compromis en juillet et octobre 1943. Le réseau C.L.G s’organise en quatre sous-réseaux :

  1. Bretagne-Ouest (voir réseau Mabro)
  2. Paris
  3. Charleville-Mézières
  4. Paul-Louis

C’est tout particulièrement ce dernier qui est à l’oeuvre à Brest, mais également dans six autres villes françaises. Pour notre secteur, le sous-réseau devient Marathon.

Marathon
Son apparition date de décembre 1943 dans le secteur, avec comme responsable Jean Cloarec de Landerneau. Les renseignements récupérés sont transmis à la centrale d’émission Phidias jusqu’en avril 1944. Des contacts sont pris également avec le sous-réseau Mabro. Au printemps 1944, Marathon forme le groupe de combat Narval, dirigé par Paul Le Borgne en vue des opérations d’insurrection suite au débarquement en Normandie.

Présentation rédigée grâce aux écrits de Joël Le Bras, par Gildas Priol, le 21 janvier 2020.