Manipule

[1942]

Le réseau Manipule est crée en XXX avec pour mission principale le collectage de renseignements militaires sur l’armée allemande. Son secteur géographique d’action s’étend sur toute la partie de la France occupée et la Belgique. Ce réseau rend compte au Bureau central de renseignements et d’action (BCRA) de la France Libre.

Il est organisé en trois sous-réseau ; RR, 57 et Max. C’est avec ce dernier que se forme la branche brestoise du réseau. Nous ignorons pour le moment l’année exacte d’implantation à Brest mais en août 1943, à l’apogée du développement de la structure clandestine, la cité du Ponant fait bien partie des douze centres de renseignement. A Brest, le réseau compte une quinzaine de membres, répartis en deux groupes :

1. Groupe de Jean Étève
Il s’agit en fait d’un binôme travaillant sur la construction de la base sous-marine allemande, pour l’entreprise Campenon-Bernard (Paris). Jean Étève et André Denizou recueillent les informations sur les différents ouvrages en construction sur la côte pour le compte du réseau.

2. Groupe de Paul Lemarchand
Formé par ses soins partir de juillet 1943, il rassemble une dizaine d’hommes appartenant tous à la Marine française. Chacun de ces agents a pour mission de rechercher et noter les renseignements d’ordre militaire puis de rendre compte à Paul Lemarchand.

L’agent de liaison régional pour la Bretagne est Pierre Jeanson. C’est lui qui centralise les informations et les remonte sur Paris au chef du sous réseau Max. Mais rapidement une arrestation touche la structure parisienne, privant Brest de son lien avec le réseau Manipule. Pierre Jeanson fait alors basculer les agents brestois au service du réseau Jade-Fitzeroy.

Présentation rédigée grâce aux écrits de Marie Ducoudray, par Gildas Priol, le 12 janvier 2020.