Manipule

Réseau de Renseignement du B.C.R.A

[Mars 1943 - Septembre/Novembre 1943]

Plusieurs groupes de Résistants déjà bien organisés, mais ayant connu plusieurs démantèlement ou restructurations depuis leurs créations, vont former sous la houlette de Jacques Lecompte-Boinet, avec le soutien du B.C.R.A, le mouvement Ceux de la Résistance en mars 1943. Pour séparer l’action du renseignement, est crée le réseau Manipule dans la foulée. La transmission des informations collectées par le réseau est confiée à la centrale Prométhée. Pour le collectage, le réseau dispose de trois sous-réseau :

  1. Sous-réseau R.R, initiales de son chef Robert Reyl, actif depuis 1941 et s’étant rapproché de Jacques Lecompte-Boinet en 1942. Cette branche s’occupe surtout d’Orléans, de la région parisienne, Rouen et de la région Nord.
  2. Sous-réseau Max, organisé par Jean Roquigny et dont la zone couvre la moitié nord de la France grâce à plus d’une dizaine de groupes. Pour la région Bretonne, le responsable est Pierre Jeanson, qui semble prospecter dès la fin 1942 sur Brest avant de s’étoffer grandement du printemps à l’été 1943 grâce à Paul Lemarchand.
  3. Sous-réseau 57, dirigé par Marie-Antoinette Gavet et de Guy Le Corre, initialement du réseau Roy. Va se rattacher courant mars 1943, à la suite du départ de leur chef vers Alger pour échapper aux Allemands. Cette liaison établie et entretenue par Jean Mennerat, permet à plusieurs résistants de poursuivre la lutte clandestine, dont plusieurs brestois sous l’égide de leur concitoyen Noël Le Got.

Enfin, le binôme Jean Étève et André Denizou, travaillant sur la construction de la base sous-marine allemande pour l’entreprise Campenon-Bernard de Paris, recueillent et renseignent le réseau. Nous ignorons l’identité de leur agent de liaison mais il s’agit probablement d’un contact du réseau établi sur Paris. Avec cette riche organisation, Manipule bénéficie d’informations régulières provenant de Brest durant quelques mois. Hélas, dès le mois de septembre et jusqu’à novembre 1943, une vague d’arrestations anéantie le sous-réseau Max. On dénombre près de 90 arrestations un peu partout en France. Les liens sont perturbés voir coupés avec la direction et la centrale de diffusion. L’agent Pierre Jeanson fait alors basculer les contacts qu’il lui reste, au service du réseau Jade-Fitzeroy tandis que Jean Mennerat se rapproche lui du réseau Samson, emmenant avec lui le groupe de brestois ?

Présentation rédigée par Gildas Priol, le 15 novembre 2020.