Groupe Giloux

Groupe de Francs-Tireurs et Partisans brestois

[Août 1943 - Janvier 1944]

Après les nombreuses arrestations de la fin 1942 et du début 1943, les F.T.P de Brest éprouvent des difficultés à reconstituer leurs groupes d’actions. Jean-Pierre Reste parvient néanmoins à rallier plusieurs rescapés tels que Marcel Boucher et Charles Coatélan. Cette nouvelle formation prend le nom de Groupe Giloux, en hommage à Yves Giloux, fusillé au Mont Valérien le 17 septembre 1943.

Composé d’une vingtaine de membres, le groupe se manifeste par des actions entre août et décembre 1943. Déraillements de train, en collaboration avec le groupe Lambert et Défense de la France de Landerneau, destructions, attentat et sabotages contre l’occupant. Ils verseront également dans la réquisition de tabac et de tickets d’alimentation.

Le 26 décembre 1943 et dans les jours qui suivent, près de la moitié du groupe est arrêté, les rescapés se dispersent en centre Finistère. Trois des survivants prennent le maquis vers Trédudon et fusionne avec les quatre membres du groupe d’Albert Yvinec. Ce groupe s’organise dans le secteur jusqu’en début février où un incident avec un officier allemand provoque une nouvelle dislocation. Les trois résistants initiaux du groupe Giloux, Boucher, Garrec et Raoul, retournent sur Brest mais sont fauchés à La Forest-Landerneau le 4 février 1944, mettant fin à l’action du groupe Giloux.

Présentation rédigée grâce aux écrits de Joël Le Bras, par Gildas Priol, le 24 août 2020.