PETRON Roger

Roger Pétron et deux amis arrivent sur Brest en septembre 1940 pour rallier l’Angleterre et la France Libre. Il est jeune et vient de quitter le domicile parental, en toute discrétion, en costume du dimanche avec 500 francs en poche. L’un des amis a déjà fait son service militaire et pense pouvoir y trouver un passeur maritime. Ils essayent de trouver un embarquement au port de commerce mais en vain. Ils décident de rester dans les parages pour prospecter mais l’argent vient à manquer et il faut trouver du travail. Ils s’engagent auprès de l’organisation allemande Todt mais au bout d’un mois, par peur des bombardements, ses deux amis quittent définitivement Brest.

Roger lui décide de s’installer ici et change d’emploi, il travaille désormais à l’arsenal où il fait la connaissance de René Le Grill en fin 1941. Le normand évoque ses projets à René qui le convainc de rester ici et de faire de la résistance ensembles. Ils se mettent alors à collecter des renseignements sur l’activité maritime allemande et sur la base sous-marine en construction où ils travaillent désormais. Après un renvoi pour mauvaises conduites, les deux compères retrouvent un emploi dans la firme allemande Wendel de la Todt. Ils travaillent à la construction du mur de l’Atlantique sur la presqu’île de Kermorvan au Conquet où ils profitent de l’inattention d’un officier allemand pour subtiliser un plan des fortifications du site.

Ce plan est remis à Georges Dauriac, un ami de René Le Grill, qui est bien décidé à monter un groupe de résistance actif. C’est ainsi que Roger Pétron rejoint la résistance dans ce qui devient le groupe Action Directe qui se lie par la suite au mouvement de résistance national Défense de la France.

Roger loge près de l’église de Kerbonne à Saint-Pierre-Quilbignon, c’est là qu’il fait la connaissance du chanoine Charles Guermeur. Ce dernier adresse à Roger deux jeunes volontaires pour servir la résistance : Guy Le Goff et son cousin Paul Kervella. Ils sont ainsi recruté dans le corps-franc et Guy met à disposition du groupe, pour des réunions ou stockage, la maison familiale de la rue Victor Hugo.

Le groupe monte une opération contre le garage de l’organisation Todt de Coataudon le 2 mars 1944. Après avoir désarmés les gardiens, les résistants volent des munitions et des fûts d’huiles ainsi que les armes présentes. L’opération est menée par Yves Hall, Francis Beauvais, Guy Le Goff, Paul Kervella et Jacques Boulaire [1].

Le 9 mars 1944, Roger Pétron se rend rue Victor Hugo chez les Le Goff pour y attendre l’arrivée des armes d’un parachutage. Une partie du groupe Action Directe est parti depuis plusieurs jours pour les rapatrier sur Brest. Mais à peine arrivé que Mme Le Goff lui intime l’ordre de décamper, les allemands sont dans la maison et arrêtent son fils Guy et Paul Kervella. Pris de cours, Roger est surpris par un allemand qu’il arrive à embobiner. Il fuit rapidement et trouve refuge chez Marie-Anne Stéphan pour donner l’alerte. Roger fonce ensuite avertir son collègue René Le Grill qui se rend lui aussi rue Victor Hugo, par chance il le trouve, lui évitant l’arrestation.

Le lendemain, Roger Pétron, Georges Dauriac, Yves Hall, Francis Beauvais et René Le Grill, lourdement armés, se présentent au domicile de la rue Victor Hugo pour récupérer des papiers compromettant en espérant que les allemands ne les ont pas trouvé avant. Dans la soirée du 11 mars, Roger Pétron se sent épié voir suivi. Il en parle à son chef, Georges Dauriac, qui lui conseille et l’autorise à se mettre au vert dans sa normandie natale. Roger prévoit de quitter Brest dès lundi 13 mars.

Mais le 12 mars, trois agents allemands arrêtent Roger à son domicile de l’avenue de Kerbonne. Amené à l’école Bonne-Nouvelle à Kérinou, Roger Pétron subit un interrogatoire où il tente de minimiser son implication dans la résistance, se faisant passer pour un simple petit trafiquant.

Il est jugé à Brest par un tribunal allemand de la Kriegsmarine, au 5e étage du 17 rue Jean-Jaurès. Condamné à la peine capitale, il est transféré de prisons en prisons en attendant la sentence. Il passe alors par les prisons de Quimper, du Cherche-Midi puis Fresnes à Paris où sa peine est commuée en de la déportation ; il est alors classé Nacht und Nebel, exécutable à tout moment. Déporté en mai 1944 vers Dachau avec Jean Kerjean et Marcel Jacopin. Les conditions de survie sont très difficiles, Roger regrette presque de ne pas avoir été fusillé mais son copain Jean Kerjean lui remonte le moral.

Le 29 avril 1945 il est libéré par l’avance Alliés. Alors qu’il n’a pas encore été rapatrié de déportation, Roger apprend par un soldat français de la 2e Division Blindée du général Leclerc, la libération et la destruction de Brest.

Fin mai 1945 il retrouve Brest qu’il ne quitte plus. Il se dévouera pour entretenir la mémoire des ses amis et deviendra notamment le président de la section brestoise de la Fédération Nationale des Déportés, Internés et Résistants Patriotes (F.N.D.I.R.P).

Pour son action dans la résistance il reçoit les distinctions suivantes :
- Chevalier de la Légion d’Honneur (1955)
- Médaille de la Résistance en (1946)

Le Service Historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes conserve un dossier administratif sur le parcours de résistant de Roger Pétron, sous la cote : GR 16 P 472598

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Roger Pétron = Témoignage manuscrit pour le 40e anniversaire de la Libération, 1984
  2. Yves Hall = Rapport d’activité du groupe Action Directe
  3. Famille de Roger Pétron = Documents & iconographie
  4. Yann Goaoc = Iconographie
  5. Ordre de la Libération = Fichier des médaillés de la Résistance
  6. Fondation pour la Mémoire de la Déportation = Liste des déportés "NN" de mai 1944
  7. Arolsen Archives = Archives numérisées en ligne
  8. Livre Clandestins d’Iroise, Tome 4 de Réné Pichavant, aux éditions Morgane, 1988

Notes

[1d’après son témoignage

Télécharger au format PDF