TOULLEC Gourgon

Gourgon Toullec effectue son service militaire à Alger entre 1923 et 1924. Il embrasse ensuite une carrière dans la gendarmerie, à Brest notamment. Mobilisé à la déclaration de guerre, il participe également à la campagne de 1940 où il reçoit une Croix de Guerre, avec étoile de bronze pour ses actions. Il parvient à éviter d’être fait prisonnier lors de la débâcle. En 1941, il reçoit la médaille Militaire.

Il reprend son poste dans la brigade de Lambézellec, caserne de Pontanézen. Il y côtoie Lucas Gallic, qui le recrute en septembre 1943 dans le groupe Gendarmerie. Ce groupe de fonctionnaires se met à la disposition du groupe Action Directe, corps franc du mouvement Défense de la France.

Il sert d’agent de liaison et de diffusion pour le journal clandestin du mouvement. Le gendarme s’adonne également à la récolte d’informations d’ordre militaire sur l’occupant, qu’il transmet à ses supérieurs dans la résistance. Il met du mauvais esprit à suivre les consignes de sa hiérarchie et tente d’enrayer, à son niveau, la machine de guerre allemande, notamment dans la recherche des jeunes requis pour le S.T.O.

Au début du siège de Brest, en août 1944, il fait partie de l’équipe des 30 F.F.I qui sont envoyés à la rencontre de l’avant-garde américaine pour les guider et leur transmettre des informations émanant du 2e Bureau F.F.I. Sa mission remplie, il ne prend pas part aux combats.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives de Brest, fonds Défense de la France (51 S).
  2. La Dépêche de Brest, éditions du 5 novembre 1941.

Archives non consultées à ce jour :

  • Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Gourgon Toullec, cote GR 16 P 574765.