AMBROISE Marguerite

Marguerite Ambroise est professeure de sténodactylographie à Brest. Elle réside avec sa sœur Jeanne et leur neveu Pierre Herpe au 49 rue Louis Pasteur.

En mai 1943, Marguerite Grigeol, marchande de vins de la rue Voltaire, fait une requête à leur neveu Pierre dont elle connaît le patriotisme. Mme Grigeol héberge depuis quelques temps un résistant qui s’est blessé et qui nécessite d’être relogé pour ne pas attirer l’attention des forces d’occupation. Pierre accepte volontiers et accueille ainsi Georges Dauriac chez ses tantes Marguerite et Jeanne Ambroise. C’est ainsi que Pierre Herpe rejoint le futur groupe : Action Directe du mouvement Défense de la France. Ses tantes suivent le mouvement et proposent leur aide à la résistance.

Les deux sœurs participent dès lors à la fabrication de fausses pièces d’identités, à la distribution des tickets d’alimentations volés dans la mairies par le Action Directe. Elle participent également à la propagande du mouvement en diffusant le journal clandestin et en rédigeant des lettres de menaces aux collaborateurs. Quand elles le peuvent, elles filent les individus recherchés par les résistants, fournissant ainsi de précieuses informations. La maison de la famille Herpe-Ambroise devient une cache pour les armes et munitions et un lieu de rendez-vous clandestin pour les réunions du groupe.

Alors qu’une vague d’arrestations touche le mouvement, le gendarme Lucas Gallic parvient à prévenir la famille Herpe-Ambroise que les agents du S.D sont sur leurs traces. Pierre et ses deux tantes quittent Brest pour se réfugier sur Paris au boulevard des Invalides chez Mme Jourdan, employée du général en retraite Henri Niessel. Lors du soulèvement insurrectionnel de la capitale en août 1944, Pierre, Jeanne et Marguerite participeront aux côtés des insurgés aux combats de la libération.

Pour son action dans la résistance, Jeanne Ambroise reçoit les distinctions suivantes :
- Croix du Combattant Volontaire de la Résistance.
- Croix de Guerre 1939-1945.
- Médaille commémorative 1939-1945, barrette Libération.

La sépulture de Marguerite Ambroise se trouve dans le cimetière de Recouvrance à Brest [Carré 1, Rang 6, Tombe 32]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Archives de Brest, registre d’état-civil numérisé, disponible en ligne + fonds Défense de la France (51 S).
  2. Brest Métropole, service des cimetières - sépulture de Marguerite Ambroise.
  3. COSSIRA Henry, A travers les départements meurtris : Le Finistère, 1948.
  4. HERPE Pierre, témoignage manuscrit, 1961.
  5. LE BOULANGER Isabelle, Bretonnes et Résistantes, éditions Coop Breizh, 2018.

Archives non consultées à ce jour :

  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de Marguerite Ambroise, cote GR 16 P 10903.

Télécharger au format PDF