THIERY Ephrem

Ephrem Thiery est adopté par la Nation en 1933

Membre du groupe de résistance Elie à Brest, il fait partie du groupe de Joseph Prigent. Ephrem recrute d’autres résistants à son tour, mais ne fournit pas les noms à ses chefs. Il parvient à ramener à son chef de groupe un croquis de l’aérodrome de Guipavas, qui sera remis ultérieurement à Louis Elie. Le 28 février 1941, il participe à l’attaque loupée de la batterie D.C.A. près de la rue Lazare Carnot à Brest, vers 21 heures. Sur le retour, Ephrem se cache, revolver à la main, sous un portique de garage, des Allemands lui passent devant sans le repérer.

En mai 1941, lors de la vague d’arrestations qui touche le groupe, Ephrem est recherché par les agents de l’Aussenkommando de Bonne-Nouvelle. Grâce à sa sœur Marthe, il parvient à échapper aux recherches. Il tente alors de gagner l’Angleterre par la mer, notamment via Crozon, mais l’évasion échoue. Il retourne un temps sur Brest où il se marie en avril 1942 avec Renée Lunven. Ephrem se sentant toujours menacé, trouve refuge à la ferme de Kerbriec à Brélès. Dans cette ferme, il participera au sauvetage d’un aviateur allemand tombé du côté de Brélès.

La famille part ensuite à Huelgoat où son fils naîtra en 1943. Ephrem continue la lutte contre l’occupant et intègre la Résistance locale, il participe notamment au ravitaillement et aux combats jusqu’au Menez-Hom en tant que chef de groupe.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Famille Thiery = Témoignage oral (2017)
  2. S.H.D Vincennes = Dossier personnel - GR 16 P 568549 (non homologué)
  3. S.H.D Vincennes = Dossier Tribunal groupe ELIE - 25 P 16344
  4. Livre "J’avais des camarades" de François BROC’H alias Florette, éditions Télégramme, 1949

Remerciement à Françoise Dufournaud pour la relecture

Télécharger au format PDF