QUEMENER François

François Quemener étudie à l’école primaire jusqu’à ses 14 ans. En 1923 il est appelé sous le drapeau pour son service militaire. De retour à la vie civile, il épouse Louise Montfort le 30 juin 1925 à Brest et de cette union naît une fille. La famille réside au 11 place de Verdun à Brest. François travaille comme mécanicien à l’arsenal où il est chef d’équipe.

Dans un café brestois, le mécanicien est introduit par Albert Müller auprès de Louis Elie qui le recrute dans la résistance. A son tour, François recrute Fernand Salaun dans le groupe Elie. Le 28 avril, il participe au coup de main contre le restaurant de Mme Grovel au 3 rue Louis-Blanc. Attaque qui se solde par la blessure par balle d’Albert Müller.

D’après le rapport allemand, François Quéméner est arrêté par les agents de l’Aussenkommando du S.D de Brest le 9 mai 1941. D’abord interné à la prison du Bouguen, il est transféré à Rennes puis sur Paris en vue du procès. Le groupe Elie est jugé en novembre 1941. François Quéméner est condamné à mort pour aide à l’ennemi suite aux activités partisanes en association. Le jour de son exécution, il rédige une dernière lettre à sa famille :

FRESNES, LE 10 DECEMBRE 1941
Ma femme bien aimée,
Ma Jacqueline chérie,
Mon recours est rejeté. Je vais être exécuté tantôt à seize heures. Je mourrai courageusement ; ma dernière pensée sera pour vous. Dans quelques heures je ne serai plus ; mes souffrances seront terminées. Mais vous ? O, mon Dieu, qu’allez-vous devenir ?
Ne te laisse pas abattre, ma lisette bien aimée, pense à notre petite Jacqueline. Pauvre enfant. Elève-la pieusement ; qu’elle fasse des prières pour son pauvre papa qu’elle ne verra plus.
Adieu, mes chéries. Aimez-vous toujours. Pensez à moi. Comme je vous aimais. Nous nous retrouverons au Ciel. Je vous embrasse follement.
François QUEMENER

A titre posthume, il reçoit la médaille de la Résistance en 1954.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Ordre de la Libération = Fichier des médaillés de la Résistance
  2. S.H.D Vincennes = Dossier Tribunal groupe ELIE - 25 P 16344
  3. Livre "J’avais des camarades" par François BROC’H alias Florette, éditions du Télégramme, 1949

Télécharger au format PDF