LEMARCHAND Paul

Paul Lemarchand est électricien auto de formation. Appelé sous les drapeaux en 1939, il sert à la défense côtière dans la Marine nationale. Sous l’occupation, il reste à Brest et renouvelle son engagement, il est alors versé dans le corps des Marins-pompiers à l’arsenal.

Paul Lemarchand

L’esprit nettement anti-allemand, de la majorité de l’équipage de la direction du port.

Libéré le 29 septembre de son emploi, il retourne à Paris et retrouve son emploi d’avant guerre à Levallois. Il y retrouve des connaissances qui sont entrées en résistance. Paul Lemarchand leur raconte ce qu’il a pu voir à Brest durant son séjour. Les renseignements sont intéressants et ses amis résistants lui conseillent de retourner à Brest et de devenir un de leur agent. Paul accepte et se réengage dans les Marins-pompiers le 17 juillet 1943.

Rapidement il forme un groupe d’une dizaine d’hommes appartenant tous à la Marine française, chargés chacun de rechercher et de noter les renseignements d’ordre militaire et de les lui communiquer. Il recrute notamment Gustave Bannier, Charles Bedel, Louis Ducasse, Roger Pencréach, Joseph Tassin et Henri Sens.

Une fois rassemblés, les renseignements sont transmis à Pierre Jeanson, agent régional du réseau. Mais très rapidement, la structure dirigeante du réseau est inquiétée à Paris, des arrestations coupent les contacts. Pierre Jeanson fait alors basculer le groupe de Paul Lemarchand au service du réseau Jade, qui devient dès lors l’agent Z/Q/5.

Nous ignorons l’activité de Paul Lemarchand durant le siège de Brest.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Service Historique de la Défense (SHD) de Vincennes, dossier réseau Jade Fitzeroy (GR 16 P 151), aimablement transmis par Edi Sizun.
  2. Ducoudray Marie, Ceux de Manipule - Un réseau de renseignement dans la Résistance en France, éditions Tirésias, Paris, 2012.
  3. S.H.D de Vincennes, dossiers individuels de résistant de Paul Lemarchand (GR 16 P 360197 et GR 28 P 4 123 176) - Non consultés à ce jour.

Remerciement à Françoise Omnes pour la relecture.

Télécharger au format PDF