CAROFF Jean

Jean Caroff suit une scolarité classique avant d’entreprendre un apprentissage de mécanicien. Il travaille sur Paris de 1925 à 1927. L’année suivante il effectue son service militaire. Il pose enfin ses bagages au 136 rue Jean-Jaurès à Brest, il se marie et de cette union naît un enfant. Enfin, il travaille à l’arsenal comme mécanicien.

Il est recruté dans la résistance au sein du Groupe Élie par René Gourvennec. Ses coordonnées sont trouvées par les Allemands qui l’arrêtent le 18 mai 1941. Son procès débute en novembre 1941, il est condamné à la réclusion pour 5 ans. Peu de chose laisse transparaître sur son dossier mais les juges retiennent son adhésion à un groupe anti-allemand. Il est déporté en janvier 1942 vers l’Allemagne et passe dans les camps de Karlshure, Rheinbach, Siegburg. Jean Caroff succombe aux mauvais traitements et meurt en déportation.

A titre posthume, il reçoit la médaille de la Résistance en 1953.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

Plaque commémorative - Square Rhin & Danube à Brest

Sources - Liens

  1. Ordre de la Libération, Paris, registre des médaillés de la Résistance française.
  2. Service Historique de la Défense de Vincennes, dossier Procès du Groupe Élie (GR 25 P 16344) et dossier individuel de Résistant de Jean Caroff (GR 16 P 107530).
  3. Fondation pour la Mémoire de la Déportation, registre des déportés (I.22).
  4. BROC’H Jean, J’avais des camarades, éditions Le Télégramme, 1949.

Remerciement à Patrick Quéré pour la relecture.