FOLL Louis

Louis Foll est étudiant à Brest sous l’occupation. Il réside chez sa mère Marie Foll, Boulevard Thiers.

La famille est contactée par Jacques Boulaire par l’intermédiaire de Margueritte Grigeol, marchande de vins du 23 rue Voltaire. La rencontre se passe en juillet 1943, il est alors question pour la famille Foll d’entrer au mouvement Défense de la France (D.F). La première tâche consiste à la diffusion du journal clandestin du mouvement. Rapidement, Louis Foll se consacre à la Résistance et met de côté ses études.

A partir de février ou mars 1944, Louis Foll devient le faussaire du mouvement D.F à Brest. Il réalise de fausses cartes d’identité sur demandes d’Andrée Boulaire et de Simone Le Saout. Elles lui centralisent les requêtes de réfractaires au S.T.O ou des Résistants du mouvement. Entre février et août 1944, il est estimé que Louis Foll a réalisé près de 500 fausses cartes d’identité.

A l’arrivée des américains dans le secteur de Brest en août 1944, Louis Foll évacue vers Ploudalmézeau. Leur logement ayant été détruit durant le siège de la ville en août et septembre 1944, la famille Foll s’installe au 10 rue Benjamin Franklin à Lambézellec puis au 4 rue Malakoff. Louis Foll se fait embaucher comme employé à la Reconstruction de Brest. Pour son action dans la Résistance, il reçoit la médaille Militaire et la Croix de Guerre 1939-1945, avec palme en 1952.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Louis Foll (1622 W).
  2. Archives Municipales de Brest, fonds Défense de la France (51 S).
  3. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Résistant de Louis Foll (GR 16 P 227106) - Non consulté à ce jour.