LÉAUSTIC Raymond

Raymond Jean Léaustic commence à travailler comme (apprenti ?) électricien à l’arsenal de Brest à partir d’avril 1940.

Sous l’occupation, il entre en Résistance et intègre les rangs des Francs-Tireurs et Partisans (F.T.P) en novembre 1943. Nous ignorons cependant l’identité de son recruteur. Il participe à la diffusion de la propagande et au recrutement en faveur de la Résistance. Le 14 janvier 1944, il aurait dérobé l’arme d’un soldat allemand. Le 10 mai, c’est une machine à écrire qu’il aurait subtilisé aux occupants.

Nous ignorons à laquelle des 5 unités combattantes Raymond Léaustic était affecté avant la déclaration du siège de la ville. Il quitte son emploi à l’arsenal le 4 août 1944 et se met entièrement à disposition de son chef. A l’évacuation complète de la ville, il rallie le point de rendez-vous des F.T.P brestois et s’insert dans la Compagnie F.T.P Marcel Boucher qui se forme à Kergroadez. Il participe aux combats de Kervélédan à Ploumoguer puis à la réduction de la poche du Conquet. La compagnie se porte ensuite à Brest pour participer à la reddition finale des allemands.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Raymond Léaustic (1622 W).
  2. Archives F.F.I de l’arrondissement de Brest, effectifs de la Compagnie F.T.P Marcel Boucher.
  3. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Résistant de Raymond Léaustic (GR 16 P 345334) - Non consulté à ce jour.