BRÉLIVET Pierre

Pierre Vincent Marie Brélivet travaille comme comptable dans une entreprise de chauffage, au 11 rue Traverse à Brest. Inapte à combattre, il n’est pas mobilisé à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale.

Sous l’occupation, il est contacté par Hélène Roussel en juillet 1941 pour fournir des renseignements d’ordre militaire sur l’arsenal de Brest et notamment sur la base sous-marine. De fait, il entre au service du sous-réseau Gloria S.M.H de la branche P.O.4 du réseau F2. Pierre Brélivet va également fournir des renseignements sur la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic et des aérodromes de Morlaix et Guipavas. Il transmet personnellement les renseignements à son chef de réseau.

Lors des vagues d’arrestations qui touchent le réseau et sous réseau, Pierre Brélivet parvient à ne pas être inquiété. Sa tâche s’arrête en août 1942 quand son réseau est démantelé, le coupant de ses contacts.

Pour son activité clandestine, il reçoit la médaille de la Résistance française en 1947.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Pierre Brélivet (1622 W).
  2. Ordre de la Libération, liste des médaillés de la Résistance française.
  3. Service Historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Pierre Brélivet (GR 16 P 89012) - Non consulté à ce jour.