CADIOU Charles

Charles Cadiou est pupille de la nation. Il épouse Félicie Le Guen le 20 août 1926 à Lambézellec. Ouvrier de l’arsenal, il est actif dans le syndicalisme dès 1936. Sympathisant du Parti Communiste Français (P.C.F), il est contacté par Eugène Kerbaul et Roger Chaigneau en 1939. Sans adhérer au parti, il reste proche des ces militants, devenus clandestins suite au pacte germano-soviétique. Sous l’occupation, il travaille comme électricien-mécanicien à l’usine distillatoire chargée du ravitaillement en eau distillée des accus de sous-marins.

Avec Yves Labous, Jean Marc et François Paul, il fait partie de l’équipe de militants qui reforment un embryon de comité syndical à l’arsenal en janvier 1941. En avril de la même année, il adhère au P.C.F clandestin. Il transmet assez rapidement des tracts rédigés en allemand à Marie Salou pour qu’elle les dépose au fort de Penfeld où elle travaille pour l’organisation Todt.

En août 1941, suite à une réorganisation, il entre au triangle de direction du P.C.F à l’arsenal. Avec Yves Labous et Mathurin Le Gôf, ils œuvrent désormais à l’organisation de la propagande et des actions de résistance dans les ateliers. Le mois suivant, il réalise un sabotage sur des accus de sous-marins allemands. Avec l’aide de son groupe de l’Organisation Spéciale (O.S), il verse du sel dans deux cuves et y ajoute de l’eau impropre. Il semble que cette action ait retardé l’appareillage de plusieurs sous-marins pendant quelques jours.

Par résonance aux exécutions de Châteaubriant et Nantes, Charles Cadiou, Mathurin Le Gôf et Yves Prigent organisent une gréve à l’arsenal le 25 octobre 1941. En décembre 1941, les communistes réorganisent l’O.S et la direction du P.C.F. Ceci s’impose car les activités et groupes résistants se mélangent trop, mettant toute la structure en danger. Il est décidé que le triangle de direction de l’arsenal, dont fait partie Charles Cadiou, prendra désormais la tête du P.C.F à Brest.

Le 26 mars 1942, il participe à la vaste opération de sabotage des sous-stations électriques de l’arsenal. Pour sa part, Charles Cadiou fait équipe avec Lucien Kerouanton pour mettre hors service la sous-station de son secteur, servant pour les sous-marins allemands. Le mois suivant, alors qu’il se rend chez Henri Moreau avec Yves Prigent, Carlo De Bortoli et Mathurin Le Gof, Charles Cadiou est arrêté le 28 avril 1942 par deux policiers brestois. Il subit un interrogatoire musclé par la police française qui tente de lui arracher des informations. Après quoi, il est livré à l’armée allemande avec ses camarades. Interné dans un premier temps à Pontaniou, il est traduit devant la justice brestoise le 14 mai 1942. Il écope d’une peine de prison mais fait appel dans la foulée. Il semble rejugé à Rennes par un tribunal spécial allemand le 2 décembre 1942, qui confirme sa condamnation à trois ans de prison.

Interné en France jusqu’en septembre 1943, il est ensuite déporté en Allemagne avec le statut Nacht und Nebel. Il passe par les camps de Karlsruhe, Sonnenburg et Sachsenhausen où il est employé pour des travaux forcés. Il est libéré en mai 1945 par l’avance des Alliés.

Après guerre, il entre au conseil municipal de 1947 jusqu’à 1953 sous le mandat d’Alfred Chupin. Il reste investi dans le militantisme et poursuit également sa carrière à l’arsenal avant d’être licencié du fait de son activité syndicale et de ses prises de position contre les guerres coloniales. Il devient alors secrétaire de l’union locale de la C.G.T. Suite à son décès, la ville de Brest attribue son nom à une rue du quartier du Portzic en 1982.

La sépulture de Charles Cadiou se trouve dans le cimetière de Saint-Martin à Brest [Carré 23, Rang 9, Tombe 22]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

Dévoilement de la plaque commémorative au château de Brest (1975)
Cérémonie du 27 avril 1975, au château de Brest. Une plaque est inaugurée en mémoire des résistants et otages arrêtés et incarcérés en ce lieu avant d’être déportés ou fusillés. De gauche à droite : Yvette L’Hériénat, Marie Salou, Charles Cadiou, Angèle Le Nédelec et Mathurin Le Gôf.
Crédit photo : Archives de Brest (1NUM1515)

Sources - Liens

  1. Archives de Brest, registre d’état-civil (1E239).
  2. Fondation pour la Mémoire de la Déportation, registre des déportés (I.139).
  3. Brest Métropole, service des cimetières - sépulture de Charles Cadiou.
  4. KERBAUL Eugène, 1270 militants du Finistère (1918-1945), auto-édition, Paris, 1985.
  5. KERBAUL Eugène, Chronique d’une section communiste de province (Brest, janvier 1935 - janvier 1943), auto-édition, Paris, 1992.
  6. CISSÉ Gérard, Rues de Brest - de 1670 à 2000, éditions Ar Feuntelin, 2012, page 489.
  7. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Résistant de Charles Cadiou (GR 16 P 99990) - Non consulté à ce jour.
  8. Service historique de la Défense (S.H.D) de Caen, dossier individuel de déporté de Charles Cadiou (AC 21 P 720492) - Non consulté à ce jour.