BÉNARD Charles

Charles Jacques Bénard est né d’une mère au foyer et d’un père ouvrier à l’arsenal. Il suit d’ailleurs cette trace et devient métallurgiste aux chantiers Dubigeon à Brest. Il réside chez ses parents rue Louis Pasteur. En 1936, avec son frère Henri, ils adhèrent au Parti Communiste Français (P.C.F). Quand celui-ci est déclaré interdit à la suite du pacte germano-soviétique, Charles Bénard reste fidèle aux idées du parti.

Au début de l’occupation, Charles poursuit la diffusion de la propagande. A l’implantation du Front National (F.N) à Brest en mai 1941, il adhère aux idéaux de ce mouvement de résistance d’origine communiste et en diffuse la propagande. Le 12 juin 1941, Charles Bénard épouse Virginie Ogor à Lambézellec. Ils se connaissent depuis quelques mois seulement, quand Charles se rendait chez elle, à Kérinou, pour s’approvisionner en tracts. Au second semestre de cette année, Charles Bénard fait partie de l’équipe de collecteurs pour le Secours Populaire clandestin afin d’aider les familles de patriotes dans le besoin. Le 28 avril 1942, il fait partie de l’équipe de protection de la manifestation des femmes organisée par le P.C.F.

Dans la nuit du 1er au 2 octobre 1942, une vague d’arrestations touche la résistance communiste brestoise. Pas moins de dix sept personnes sont arrêtées dont Charles Bénard. D’abord amenés aux différents commissariats de la ville, ils sont tous regroupés à Saint-Martin avant d’être internés à la prison de Pontaniou puis au château de Brest. Charles Bénard y tente une évasion, en vain. Pour obtenir des aveux et d’autres noms, les prisonniers sont maltraités et torturés. Charles est transféré à la prison de Rennes puis à Fresnes dans l’attente de son procès. Condamné à un an de prison, il purge sa peine puis à sa libération, il revient à Brest. Il semble avoir renoué des contacts avec la résistance locale jusqu’à la Libération. Nous ne disposons pas d’élément à ce jour pour détailler son parcours à compter de son retour.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Municipales de Brest, registre d’état-civil (1E257).
  2. KERBAUL Eugène, 1270 Militants du Finistère (1918-1945), à compte d’auteur, 1985.
  3. KERBAUL Eugène, Chronique d’une section communiste de province (Brest, janvier 1935 - janvier 1943), auto-édition, Paris, 1992.
  4. Échanges & Initiatives, journal d’information édité par les élus communistes du Pays de Brest, édition septembre/octobre 2013.
  5. Service Historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier de Résistant de Charles Bénard (GR 16 P 46216) - Non consulté à ce jour.