INIZAN Auguste

Auguste Sébastien Marie Inizan est étudiant au collège Saint-Louis de Brest au début de l’occupation. Replié sur Quimper, il y poursuit ses études.

En fin d’année 1943, il est recruté dans la Résistance quimpéroise par l’intermédiaire de mademoiselle Laurent dans le groupe Libération. Mais très rapidement, en janvier 1944, plusieurs arrestations touchent son groupe et il quitte la région pour retrouver sa famille à Guipavas. Recruté par Jean Le Pape, il intègre le 3 février le mouvement Défense de la France et son corps-franc, le groupe Franc Kerhuon-Guipavas. Auguste participe au camouflage de matériel volé dans un Staffel de l’armée d’occupation. Il distribue la presse clandestine du mouvement et effectue divers transports pour la résistance (notes, armes, essence, munitions, etc...).

Le groupe repéré, Auguste Inizan prend de nouveau la fuite et passe dans les Côtes-du-Nord en juin 1944. Il y prend le maquis à Bégard, entre Lannion et Guingamp et intègre la Compagnie La Marseillaise d’Yves Ollivier le 20 juin 1944 jusqu’au 3 juillet. Dans ce laps de temps, il participe à la réception d’un parachutage d’armes et à des attaques de formations ennemies isolées.

Il rejoint ensuite la région de Callac en juillet 1944 et intègre le Bataillon Guy Moquet sous les ordres de Jean Le Gallou. Il sert de mitrailleur dans son unité et participe aux combats de la Libération, notamment à Plévin. Après le passage des troupes américaines, il rentre à Guipavas et rejoint la Compagnie F.F.I de Guipavas. Il y retrouve plusieurs camarades et se voit détaché avec son groupe comme guide pour les troupes américaines le 10 août 1944. Il participe aux combats dans la poche de Plougastel-Daoulas avec cette unité jusqu’au 14 septembre.

Pris dans l’élan, il reste auprès des américains et poursuit avec eux de Brest à la Lorraine jusqu’en octobre 1944. Auguste Inizan s’engage ensuite dans la 2ème Division Blindée du général Leclerc en janvier ou février 1945. Auguste Inizan poursuit jusqu’à la capitulation allemande avec cette unité. Il est démobilisé à sa demande pour raison médicale en juillet 1945.

Après guerre, Auguste Inizan devient conducteur automobile et s’installe à Kermaria au Relecq-Kerhuon.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Auguste Inizan (1622 W).
  2. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de Auguste Inizan (GR 16 P 301724) - Non consulté à ce jour.