THOMAS Pierre

Pierre Thomas est fils d’un employé de la Banque Brestoise. La famille réside au 73, rue Jean Jaurès. Sous l’occupation, il travaille comme menuisier.

Parmi ses amis figure Roger Le Lostec grâce à qui, il entre en résistance en novembre 1943. Dès lors, il intègre le groupe Action Directe, corps-franc du mouvement Défense de la France (D.F). Pierre se montre volontaire pour les coups de main. Mais c’est grâce à son emploi comme ouvrier de la Todt sur le terrain d’aviation de Guipavas qu’il sert davantage. A deux ou trois reprises, il recopie divers plans des installations allemandes. Copies qu’il livre à ses supérieurs dans la résistance. Sur son chantier, il serait parvenu à subtiliser des explosifs. Il sert également d’agent de liaison pour Pierre Beaudoin entre Brest et la résistance de Guipavas.

A l’insurrection F.F.I d’août 1944, il aurait pris part aux combats de la Libération jusqu’à sa démobilisation le 30 septembre 1944. Après la libération de Brest, il s’engage dans l’armée régulière et épouse Simone Breton en 1949 à Brest.

La sépulture de Pierre Thomas se trouve dans le cimetière de Saint-Martin à Brest [Carré 29, Rang 4, Tombe 10]

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

Sources - Liens

  1. Famille Thomas, témoignage et iconographie.
  2. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Pierre Thomas (1622 W).
  3. Archives Municipales de Brest, fonds Défense de la France (51 S).
  4. Brest Métropole, service des cimetières - sépulture de Pierre Thomas.
  5. Service Historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de résistant de Pierre Thomas (GR 16 P 569881) - Non consulté à ce jour.