PÉRON Francis

Francis Péron épouse Suzanne Le Goff le 12 janvier 1931 à Brest. Il travaille comme agent technique principal de la Marine à l’arsenal de Brest. A la déclaration de guerre en 1939, il est classé affecté spécial et n’est pas mobilisé sur le front. Sous l’occupation, il est muté à la direction d’exploitation des bassins de la base sous-marine allemande de Laninon à partir du 25 août 1941.

Dans le premier trimestre de l’année 1943, il est contacté par le groupe Chacal en vue de fournir des informations sur la base des U-boote. Il entre en résistance et parvient à obtenir des plans sur les installations allemandes du secteur. Régulièrement, il détaille les entrées et sorties des sous-marins ainsi que les travaux ou modifications apportées à ses chefs. De surcroît, grâce à son poste et son influence, il parvient à protéger divers membres du personnel français avec qui il travaille contre le S.T.O et les punitions (insoumis, saboteurs).

Déjà souffrant, il évacue la ville à la déclaration du siège de Brest le 7 août 1944, et se réfugie à Tréglonou. Il fournit néanmoins des renseignements aux autorités maritimes françaises ayant leur poste de commandement à Plouvien. Rongé par un ulcère d’estomac, il ne prend pas part au combat. A la fin des combats, il se met à la disposition des autorités françaises et alliés pour expliquer le fonctionnement de la base sous-marine pour faciliter la remise en service de celle-ci. Il participe également au déminage de l’édifice.

Pour son attitude courageuse durant l’occupation, il recevra une lettre de félicitation de la part du ministre de la Marine Jacquinot.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Sources - Liens

  1. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Francis Péron (1622 W 5).
  2. Service historique de la Défense (S.H.D) de Vincennes, dossier individuel de résistant de François Rupin (GR 16 P 467550) - Non consulté à ce jour.

Télécharger au format PDF