KERNÉIS Alexis

Alexis Marie Kernéis fait son service militaire à Brest. Infirmier breveté de l’Hôpital Maritime, il contracte un nouvel engagement au 2ème Régiment d’Infanterie coloniale à l’issue de ses classes. Enfin, il souscrit un autre engagement mais cette fois à la Légion Étrangère jusqu’en 1930. Démobilisé, il retourne à la vie civile et travaille comme ouvrier agricole. A la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, il est rappelé en service en septembre 1939. Son parcours durant la Guerre 1939-1940 nous est inconnu. Sous l’occupation allemande, Alexis Kernéis épouse Jeanne Mellon (1902-1979), le 12 août 1941 à Guilers et de cette union, naîtront deux enfants.

En août 1944, il évacue Brest au début du siège. Parvenu à l’extérieur de la zone de combat, il quitte sa famille et rejoint les Forces Françaises de l’Intérieur (F.F.I). Versé à la Compagnie F.F.I Brest-Ouest, il participe à la Libération de la poche du Conquet. Lors des combats Alexis Kernéis est blessé à la main droite le 6 septembre 1944, à Kerivin-Vao en Plougonvelin. Évacué le jour même, il est soigné à l’hôpital de Saint-Renan.

Après la Libération, son logement étant détruit, la famille réside en baraque à Kérédern en Lambézellec. Pour sa participation aux combats de la Libération et sa blessure au feu, il reçoit la Croix de Guerre 1939-1945.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

Remerciements à Françoise Omnes pour la relecture de cette notice.

  1. Archives Municipales de Brest, registre d’état-civil (1E/P43).
  2. Archives Départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance d’Alexis Kernéis (1622 W).