INIZAN Pierre

Pierre Marie Inizan est le fils de cultivateurs originaires du centre Finistère. Son père étant devenu facteur rural, la famille déménage et s’établit à Landéda. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ; Pierre Inizan a la douleur de perdre son père en décembre 1939. Trop jeune pour être mobilisé durant la Guerre 1939-1940, le jeune Pierre Inizan travaille comme manœuvre à Landéda sous l’occupation allemande.

Nous ignorons la date exacte et les modalités de son enrôlement pour lutter contre les Allemands. Il semble avoir rejoint en juin ou août 1944 (selon les versions), les rangs des Forces françaises de l’intérieur (F.F.I) du Canton de Lannilis. Bien que résidant à Landéda, il est affecté au 4ème Groupe de la 2ème Section de la Compagnie F.F.I de Plouguerneau.

Composition du groupe :
- BELLEC François
- BERDER Jean
- BERVAS Pierre
- BOENNEC Germain
- CHAPALAIN François
- GOUEZ Jean
- INIZAN Pierre
- JAUNARD René
- OGOR François
- ROUDAUT François
- ROUDAUT Jean (Chef de groupe)
- SALOU Aimé

À compter du 5 août au soir, le Bataillon déclenche les opérations de Libération du canton. Après l’arrivée des premiers éléments américains et le nettoyage du secteur, le bataillon est engagée plus à l’ouest pour réduire la poche allemande du Conquet. Son unité est déployée sur la bande côtière, en liaison avec la compagnie voisine F.F.I de Saint-Renan.

Le 7 septembre 1944, la Compagnie F.F.I de Plouguerneau relève celle de Landéda à partir de 7 heures à Plougonvelin. L’unité s’installe et occupe les positions entre le début de la plage du Trez-Hir et la route départementale au nord. La progression est lente et difficile par les tirs ennemis. Des patrouilles de reconnaissance sont effectuées. Pierre Inizan fait partie des hommes envoyés au plus près des lignes ennemies pour glaner des informations. Pris pour cible par les allemands, Pierre Inizan est mortellement touché vers 17 heures. Son corps ne peut être récupéré tout de suite à cause de l’intensité des tirs.

Plusieurs déclarations après-guerre, tendront à indiquer que Pierre Inizan fut tué le 6 septembre et non le 7. La question sera tranchée par le tribunal civil de première instance de Brest en 1945, confirmant la date de décès du jeune F.F.I, le 7 septembre 1944 à Plougonvelin.

Pour son engagement et sa contribution à la Libération du territoire, Pierre Inizan est cité à l’ordre de la brigade en 1945, comportant l’attribution de la Croix de Guerre 1939-1945, avec étoile de bronze. En 1958, il est également décoré à titre posthume, de la médaille de la Résistance française.

Le nom de Pierre Inizan est gravé sur le monument aux morts de Landéda ainsi que sur la stèle F.F.I du Cosquer en Plougonvelin, où se déroule chaque année - début septembre, une cérémonie commémorative pour rendre hommage aux F.F.I tués lors des combats de la Libération.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Portfolio

Stèle F.F.I du Cosquer à Plougonvelin
La stèle commémorative des F.F.I tués aux combats pour la Cie de Saint-Renan et des autres combattants tués à Plougonvelin, se situe Place des F.F.I, Cosquer Village à Plougonvelin (29217)
Crédit photo : Gildas Priol

Sources - Liens

  • Ordre de la Libération, registre des médaillés de la Résistance française (J.O du 16/07/1958).
  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Pierre Inizan (1622 W).
  • Archives F.F.I de l’arrondissement de Brest, documents relatifs au Bataillon de Lannilis.
  • Livre d’Or de la France Combattante et Résistante, éditions Gloire, 1948.
  • DERRIEN Jean-François, Gendarme et Résistant - sous l’occupation 1940-1944, édition à compte d’auteur, Spézet, 1994.
  • Service historique de la Défense de Vincennes, dossier individuel de F.F.I de Pierre Inizan (GR 16 P 301734) - Non consulté à ce jour.
  • Service historique de la Défense de Caen, dossiers d’attribution de la mention Mort pour la France de Pierre Inizan (AC 21 P 574491 & AC 21 P 55458) - Non consulté à ce jour.