BRETON Jean

Jean François Breton est le neuvième enfant d’une fratrie de onze. Il devance son service militaire et contracte un engagement volontaire dans la Marine nationale en février 1936. Promu matelot en octobre 1936, il semble qu’une contrainte médicale vienne interrompre sa carrière en février 1939. Non mobilisé à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Jean Breton travaille sous l’occupation comme manœuvre agricole. Il épouse Joséphine Le Mestre (1919-1998), le 9 avril 1942 à Plouguerneau.

En juillet 1944, il intègre les Forces françaises de l’intérieur (F.F.I). Affecté à la Section de Guissény comme pourvoyeur de munitions, il participe aux opérations de la Libération dans tout le canton de Guissény et Plouescat. La compagnie se porte ensuite à l’ouest pour participer à la réduction de la poche de Brest et du Conquet. Il combat jusqu’à la reddition de la batterie de Kéringar, le 9 septembre 1944, puis de la presqu’île de Kermorvan le lendemain. Son unité combattante reste ensuite occuper le terrain avant de participer au nettoyage des zones de combats.

Jean Breton est démobilisé des F.F.I en fin septembre 1944, il regagne alors son foyer et retrouve une activité professionnelle comme chauffeur.

Publiée le , par Gildas Priol, mise à jour

Télécharger au format PDF

Sources - Liens

  • Archives départementales du Finistère, dossier individuel de combattant volontaire de la résistance de Jean Breton (1622 W).
  • Archives F.F.I de l’arrondissement de Brest, registre des effectifs de la Compagnie F.F.I de Guissény.
  • Geneanet, notice généalogique de Jean Breton.